24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 21 juin 2024
AccueilEconomieEDM met en place un tarif pour les moins favorisés

EDM met en place un tarif pour les moins favorisés

Électricité de Mayotte adopte le Tarif première nécessité pour ses clients les plus précaires. Il suffit pour en bénéficier d’avoir déclaré ses revenus en 2014, et de répondre des conditions de revenu. Tout est automatique ensuite.

Saïd Ibrahim est le premier bénéficiaire de ce Tarif Première Nécessité
Saïd Ibrahim est le premier bénéficiaire de ce Tarif Première Nécessité

Le Tarif première nécessité est appliqué en métropole et dans les autres DOM. Pour décliner le décret qui l’impose, EDM devait avoir en main la liste des ayants droit fournie par les services fiscaux, sur la base du régime d’imposition 2014.

Des deux conditions requises partout ailleurs, l’éligibilité à la Couverture de maladie universelle et un revenu de référence inférieur à 2.421 euros, Mayotte ne remplit que la deuxième, la CMU n’étant pas éligible sur le territoire.

Les barèmes sont calculés en fonction du nombre d’occupants par foyer et permettent d’obtenir des réductions conséquentes : « de 71 euros à 140 euros par an, qui correspondent respectivement à des factures de 451 euros à 1.024 euros payés chaque année », décrit Laurence Yeung, responsable du pôle clientèle de EDM. On peut donc économiser jusqu’à un quart du montant de la facture.

Plus celle-ci est élevée, moins la réduction est intéressante, « nous jugeons que les clients les plus démunis sont ceux qui ont une faible consommation », précise Yacine Chouabia, directeur général de Électricité de Mayotte. Une manière aussi d’inciter les compteurs groupés à régulariser leur situation.

Un système qui procure deux avantages à ses bénéficiaires, “la gratuité pour toute ouverture de contrat de compteur et un abattement de 80% sur les frais de déplacement”, précise Laurence Yeung.

Mayotte deux fois bénéficiaire de la solidarité nationale

"Il est possible d'économiser un quart de sa facture", selon Laurence Yeung
“Il est possible d’économiser un quart de sa facture”, selon Laurence Yeung

Ils seraient 20.000 foyers fiscaux à être concernés par ce Tarif première nécessité, “soit la moitié de nos clients”, indique Yacine Chouabia. Un tarif qui fait appel à la solidarité nationale comme en métropole et dans les autres DOM. Mais un double effort en faveur de Mayotte, “puisque nous bénéficions déjà de l’électricité la moins chère de France, et même d’Europe si on excepte les pays comme le Kosovo ou la Serbie. Et cela grâce à la prise en charge de 70% de la facture par les abonnés métropolitains, les recettes ne couvrant que 30% de nos charges”, précise le directeur d’EDM.

Les futurs bénéficiaires de ce tarif ne le savent pas encore : ils vont recevoir un courrier les informant de leur éligibilité, “mais ils peuvent déjà regarder leur feuille d’impôt et comparer avec nos barèmes”. (voir tableau*) Un retard dans la validation de la liste n’empêche pas la rétroactivité des réductions applicables depuis le 1er janvier 2015. Les bénéficiaires seront réactualisés chaque année.

Le premier à en bénéficier est un bacoco, Saïd Ibrahim, habitant de Massikini-Kawéni, qui reçoit sa nouvelle facture déduite de 131 euros pour l’année. Il est à Mayotte depuis 2001, et vit avec sa femme de petites ventes d’épices. Il se retrouve tout sourire sous les feux des projecteurs ce jeudi matin au siège d’EDM.

“Une vraie avancée sociale à l’heure où se multiplient les tensions dans les entreprises”, se réjouit Yacine Chouabia. Une bonne nouvelle qui n’arrivait pas seule puisqu’il annonçait la réactivation du Fonds de Solidarité logement par le Conseil départemental, vraisemblablement d’ici la fin de l’année, “pour aider nos concitoyens défavorisés à faire face aux échéances liées à l’eau, l’électricité et le logement. EDM va y participer à hauteur de 20.000 euros par an.” L’engagement des autres contributeurs est également attendu.

Un directeur qui insiste sur ce nouveau mode de gouvernance auquel ont adhéré plusieurs de sa génération: “Il faut changer drastiquement et remettre l’humain au centre de nos préoccupations, parce que derrière chaque action, il y a une personne.”

Anne Perzo-Lafond

Le Journal de Mayotte

Le tableau des barêmes
Le tableau des barèmes

 

* 2 UC correspond à une personne dans le foyer et kVA à kilovoltampère

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...