26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilorangeCrise à Sada: «Une Bamana, ça ne démissionne pas!»

Crise à Sada: «Une Bamana, ça ne démissionne pas!»

La maire de Sada Anchya Bamana avait convié la presse ce mardi matin pour faire un point sur la crise que traverse l’équipe municipale. Sans majorité, la maire confirme sa volonté de faire face.

Anchya Bamana montre la pétition des 17 élus qui demandent de mettre fin aux délégations de pouvoir données au maire
Anchya Bamana montre la pétition des 17 élus qui demandent de mettre fin aux délégations de pouvoir données au maire

La meilleure défense, c’est l’attaque. Ce pourrait la maxime d’Anchya Bamana confrontée à une crise au sein de son conseil municipal, un nouvel épisode de la vie institutionnelle d’une commune habituée à l’instabilité et aux élections à répétition. Pourtant, cette fois-ci, pas question pour madame le maire de remettre son mandat en jeu. «Une Bamana, ça ne démissione pas ! », lance-t-elle en référence à son illustre père Younoussa.

Pour le maire, cette crise était prévisible dès la constitution de la liste. Elle affirme qu’à Sada, «le parti UMP, maintenant ‘Les Républicains’ (LR) appartient à un cercle de quelques personnes qui considère que le parti leur appartient». Anchya Bamana ne faisant «pas partie de ce cercle», elle n’aurait jamais eu la légitimité pour porter la liste.

"Répondre à la volonté délibérée de certains élus de la municipalité de m'évincer"
“Répondre à la volonté délibérée de certains élus de la municipalité de m’évincer”

Résultat, au sein de la majorité LR, 9 élus se sont désolidarisés dès le premier conseil municipal. «Le seul objectif de leur présence dans cette municipalité, et ils ne me l’ont jamais caché, c’est de perturber le fonctionnement normal du conseil municipal», pour la pousser à la démission ou pour «qu’aucun projet ne se fasse sous ma mandature», affirme Anchya Bamana.

Des “machos” à la manœuvre

Pour elles, ces élus “machos”, ne voudraient pas d’une femme à la tête de la commune. Ils n’auraient pas compris non plus que le temps de la campagne est terminé. «Nous sommes maintenant dans l’action, pour travailler pour l’intérêt général, pour l’intérêt des administrés de Sada et de Mangajou», martèle Anchya Bamana qui ne cesse de rappeler les projets qu’elle porte pour la commune.

La crise a connu quelques rebondissements ces dernières semaines. Lors du vote pour le budget, c’est un nouvel équilibre municipal qui a permis à la délibération d’être votée : 4 élus de l’opposition (la vraie) ont rejoint les rangs de la majorité. Mais depuis, une pétition pour demander la démission du maire, menée par les LR opposants a rassemblé 17 signatures sur les 33 élus que compte le conseil municipal.

Anchya Bamana entourée d'Aida Houlame (RPSM), des maires de Kani-Kéli et Tsingoni, de son 1er adjoint et du chef de file de la "vraie" opposition Saïd Abdallah Miro venue entendre madame le maire
Anchya Bamana entourée d’Aïda Houlame (RPSM), des maires de Kani-Kéli et Tsingoni, de son 1er adjoint et du chef de file de la “vraie” opposition Saïd Abdallah Miro venu entendre madame le maire

De fait, l’équipe en place actuellement doit faire sans majorité… mais Anchya Bamana ne baisse pas les bras. Pour elles, certaines de ces signatures comme certaines démissions ne sont le fait que de solidarités ou de pressions. Et madame le maire compte bien faire revenir auprès de son équipe des élus «frondeurs».

La gestion passée en ligne de mire

Car pour Anchya Bamana pas de place aux doutes : les changements dans le «mode de gestion» de la commune sont également en cause. Et le maire de dénoncer les agissements passés avec «une distribution de bons de commandes à tout va, une vraie cavalerie financière» ou encore les «embauches politiciennes» d’une armada de fonctionnaires de catégorie C (90 agents municipaux sur 98) alors que la ville fait face à un manque cruel de cadres.
Ce sont aussi les chantiers jamais achevés comme la MJC de Mangajou, «en travaux depuis 8 ans» et qui est en ruine avant d’avoir été achevée, que dénonce le maire.

Anchya Bamana et son premier adjoint défendent leurs projets comme l'assainissement lancé par l'équipe précédente
Anchya Bamana et son premier adjoint défendent leurs projets comme l’assainissement lancé par l’équipe précédente

Elle met, en revanche, en avant les projets qui ne doivent pas être bloqués par cette crise : l’assainissement «véritable priorité sanitaire», la mise en place d’un centre communal d’actions sociales (CCAS), la politique de la ville ou encore la création d’une cuisine centrale pour les écoles des communes de Sada, Chiconi et Ouangani. «Il faut que les 17 personnes qui ont signé ne bloquent pas la commune et changent d’avis», plaide la maire.

Un «problème de parti»

Finalement, c’est bien de petite politique politicienne dont il est question. «C’est le silence complet du côté de l’UMP Mayotte», affirme Anchya Bamana qui a des contacts avec le président du conseil départemental et le sénateur de Mamoudzou mais pas avec l’ancien député Mansour Kamardine, les trois personnalités assurant une présidence collégiale du parti.

"Une Bamana, ça ne démissionne pas!"
“Une Bamana, ça ne démissionne pas!”

«Si je démissionne demain, vous pensez que si on refait des élections Les Républicains gagneraient ?» demande Anchya Bamana. «C’est un problème de parti et on prend le risque de perdre la commune», justifiant ainsi la présence des maires de Tsingoni et de Kani-Kéli à son point presse.

L’équilibrisme à la recherche d’une majorité est donc loin d’être terminé. «Tel que c’est parti, ça va continuer comme ça pendant toute la mandature», conclut madame le maire. Comme son père en son temps, Anchya compte bien prouver à qui en douterait qu’une Bamana, ça ne renonce effectivement jamais au combat.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...