23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 24 juillet 2024
AccueilorangeCode du travail : CGT, CFDT et FO refusent la discussion

Code du travail : CGT, CFDT et FO refusent la discussion

Une Commission consultative du travail (CCT) extraordinaire, instance de dialogue social, où participent à part égale patronat et organisations syndicales de salariés, se tenait ce mardi matin. Dès que le calendrier de transposition du code du travail a été abordé par le préfet Seymour Morsy, la CGT ma, la CFDT et FO ont quitté la salle.

Le code du travail au centre des discussions entre syndicats, députés, et patronat à la Dieccte
Le code du travail au centre des discussions entre syndicats, députés, et patronat à la Dieccte

Au programme de cette CCT extraordinaire, les clauses évoquées lors de la réunion de revoyure du 29 septembre au ministère de la fonction publique sur la révision de l’indexation et l’intégration des agents de la collectivité dans le corps des fonctionnaires, mais aussi le licenciements de trois salariés syndiqués, et la transposition du code du travail national. Le dossier SMART s’est également invité à la table de la Direction du travail et de l’emploi (Dieccte) où se tenait la CCT.

Des discussions dans une ambiance à peu prés sereine jusqu’à ce que soit abordé le point de la transposition du code du travail. Avec comme point de départ, les licenciements des salariés protégés de Colas et Somaco, depuis plusieurs semaines c’est le combat de la CGT Ma, accompagnée de la CFDT et FO, qui en font une lutte contre le grand patronat. Les deux députés Aboubacar et Boinali Saïd ont tenté d’expliquer le difficultés d’une transposition immédiate, “en invoquant une nécessaire adaptation à Mayotte qui ne pourrait se faire a postériori, mais bien en amont”. En vain. Les représentants des syndicats CGT Ma, CFDT et FO, se sont levés comme un seul homme et ont claqué la porte de la salle de la Dieccte qui en a vu tant d’autres en 2011…

Mobiliser pour le 3 novembre

Salim Nahouda lors du conflit Colas
Salim Nahouda lors du conflit Colas

Salim Nahouda ne varie pas d’un iota, en dénonçant des conventions collectives rédigées au coup par coup:  “il faut la transposition immédiate du code du travail.

Les chefs d’entreprise, eux, répondent fragilité de trésorerie et difficultés d’adaptation, “avec un passage d’un coup aux 35 heures ou des cotisations salariales et patronales qu’il va falloir financer”, et rappellent les risques pris avec bien souvent leur patrimoine personnel en guise de caution… “Les salariés ont des droits, mais les patrons aussi”, souligne l’un d’entre eux qui connaît des problèmes financiers.

Pour Thierry Galarme, le président du Medef, les syndicats sont malgré tout conscients des enjeux: “ils ont eux-même demandé au préfet des aides pour financer leurs propres conseils en matière de transposition du droit du travail.”

Les syndicats vont donc tenter de mobiliser autour de la journée du 3 novembre, qui cristallisera toutes les revendications du moment, de l’indexation à l’application immédiate du droit du travail en passant par la SMART ou le licenciement de trois salariés, “une revendication pratiquement à l’origine du blocage de la CCT. Pourtant, le même cas se pose en métropole de manière moins bruyante chez Air France!”, glisse un chef d’entreprise.

Une autre CCT est prévue d’ici la fin de l’année, avec notamment l’arrivée de chargés de mission de métropole pour adapter le code du travail en 2018, comme l’a annoncé la Dieccte.

Anne Perzo-Lafond

Le Journal de Mayotte

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...