24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 19 juillet 2024
AccueilEconomieMCG/SMART : suite du feuilleton à la veille de la date d’expulsion

MCG/SMART : suite du feuilleton à la veille de la date d’expulsion

C’est le sort de la société de manutention SMART qui est en jeu. L’échéance judiciaire de son expulsion tombait le 9 novembre, que la gestionnaire du port, Ida Nel avait prolongé jusqu’au 12. Mais les propositions du manutentionnaire sont refusées par MCG. L’ambiance de durcit au port.

Location des portiques du port par la SMART
Location des portiques du port par la SMART

Du feuilleton, on en était resté à la proposition qu’Ida Nel avait faite au préfet s’arrêtant sur trois éventualités pour les agents de la SMART : leur mise en disponibilité de leur entreprise pendant 5 ans, leur démission ou la création d’une société coopérative de manutention.

L’avocat de la SMART vient de transmettre la version retenue, à en croire un courrier envoyé par le président Soibahadine Ramadani à Ida Nel ce lundi. Ainsi, la SMART réitère sa volonté d’ouvrir à la concurrence, déjà formulée au début des négociations, et « accepte le principe d’une mise à disposition temporaire de son personnel dédié pour les grues nouvellement acquises afin de satisfaire au régime de la défiscalisation. » Des salariés qui seraient loués contre les grues en quelque sorte.

Un délai d’un mois supplémentaire

On pouvait donc penser à un accord proche, si ce n’est que le département associe cette avancée à une demande : celle qu’Ida Nel sursoie à toute action d’expulsion de la SMART et de la liquidation de l’astreinte de 5.000 euros par jour, « dans l’attente de la formalisation d’un accord dans un délai de un mois. »

Une contestation de la décision du tribunal administratif qui fait violemment réagir la femme d’affaire qui adressait un communiqué à la presse intitulé « La justice bafouée, Mayotte Chanel

Ida Nel à la tête de MCG met la pression pour une signature d'un accord
Ida Nel à la tête de MCG met la pression pour une signature rapide d’un accord

Gateway exaspérée ! » : « comment le département peut-il aller à l’encontre d’une décision de justice », en l’occurrence l’ordonnance d’expulsion du 9 octobre du tribunal administratif.

Expulsion ou astreinte

Elle revient sur les 30 derniers jours, « aucun échange de la part de la SMART n’est parvenu (…) comment penser que 30 jours supplémentaires changeraient quelque chose ? »

MCG s’étonne par ailleurs que le conseil départemental, à qui elle reproche « un soutien inconditionnel à la SMART », ne s’inquiète pas du sort de ses propres 108 salariés, « eux aussi menacés et tributaires de l’issue du conflit ».

Ida Nel considère donc qu’il est « grand temps de réagir », que « la décision de justice est bafouée », et que l’ordonnance doit être respectée. Sans donner de date précise.

Ce qui ne sera pas sans conséquence : en cas d’expulsion de la SMART, ou bien d’application de l’astreinte de 5.000 euros par jour, le conseil départemental avait menacé dans un précédent courrier de fixer les conditions d’exercice de l’activité de manutention sur le port. Il se veut plus soft dans sa dernière version, en évoquant simplement les évidentes conséquences lourdes au regard de la continuité du service public et du bon fonctionnement du port.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139517
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139517
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139517
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139517
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139517
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139517
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...