28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilorangeSécurité et surveillance renforcées, à Mayotte aussi

Sécurité et surveillance renforcées, à Mayotte aussi

Le préfet s’est rendu à l’aéroport de Pamandzi pour constater le déploiement des forces de l’ordre décidé samedi matin. A Paris, le Premier ministre annonce des actions contre les mosquées «qui s’en prennent à la République» alors que les opérations policières se multiplient en métropole.

Le préfet Seymour Morsy vient constater le déploiement de sécurité à l'aéroport de Mayotte ce lundi matin
Le préfet Seymour Morsy vient constater le déploiement de sécurité à l’aéroport de Mayotte ce lundi matin

La sécurité, obsession nationale après les attentats de la nuit de vendredi à samedi à Paris. Après un renforcement du plan vigipirate en Outre-mer, les différents préfets ont pris des mesures spécifiques à chaque DOM. En fin de matinée, le préfet Seymour Morsy s’est rendu à l’aéroport de Pamandzi pour constater le déploiement des forces de gendarmerie mais également celui des militaires de la légion.
«C’est une première à Mayotte, j’ai réquisitionné les forces militaires pour qu’elles soient présentes sur le terrain. Nous avons besoin de la mobilisation de tous, au quotidien comme dans les moments exceptionnels», a indiqué Seymour Morsy.

Dès samedi matin, le préfet avait tenu une réunion d’Etat-major, avec les acteurs de la sécurité et le procureur de la République, et il a focalisé l’action des forces de l’ordre sur «les points sensibles». «Les transports sont en effet une priorité, le port, l’aéroport, mais également les liaisons entre Petite Terre et Grande Terre», a-t-il précisé.

Radicalisation religieuse surveillée dans l’océan Indien

Renforcement de la gendarmerie et présence de la légion à l'aéroport de Mayotte
Renforcement de la gendarmerie et présence de la légion à l’aéroport de Mayotte

A La Réunion, des mesures comparables ont été prises avec des forces de sécurité particulièrement présentes à l’aéroport de Saint-Denis. La surveillance est renforcée autour des installations et bâtiments sensibles, comme les lieux de transit ou les lieux de culte.
Là-bas aussi, le préfet s’est déplacé à Roland Garros. Interrogé sur les cas de radicalisations religieuses potentiellement dangereuses dans l’île Bourbon, il a indiqué qu’une «centaine de cas de radicalisation a été signalé à La Réunion».

A Mayotte, concernant les cas de radicalisation, le préfet Morsy reste sur les chiffres avancés voici quelques mois d’une «quinzaine de personnes qui peuvent être considérées comme à suivre. Ce qui ne veut pas dire que ces personnes sont encore sur notre territoire». Il faisait ainsi référence au cas d’un jeune homme signalé mort après être parti au Proche-Orient faire le djihad. Cette quinzaine de personnes serait originaire de Mayotte mais pourrait actuellement se trouver dans d’autres endroits du territoire voire à l’étranger.

Le préfet Morsy à l'aéroport de Mayotte ce lundi matin
Le préfet Morsy à l’aéroport de Mayotte ce lundi matin

Et alors que Manuel Valls avait annoncé un renforcement des services de renseignement lors de sa venue en juin dernier, le préfet indique que 4 agents sont déjà arrivés et 2 autres sont également attendus rapidement et seront dédiés à ce sujet.

Opérations de police en métropole

En métropole, les opérations de police se multiplient avec plus de 150 perquisitions administratives menées à Strasbourg, Lille-Roubaix, Grenoble, Marseille, Toulouse ou encore à Lyon. Au total, 1.400 policiers seraient mobilisés sur «70 cibles». Des interpellations ont également été effectuées en Belgique et en France comme à Lyon où cinq personnes sont en garde à vue un «véritable arsenal» de guerre saisi.

Brève question autour d'un colis sans propriétaire à l'aéroport de Mayotte ce lundi matin
Brève question autour d’un colis sans propriétaire à l’aéroport de Mayotte ce lundi matin

Après le tremblement de terre des attentats de vendredi, «il faut s’attendre à des répliques», a indiqué Manuel Valls, le Premier ministre ce lundi matin. Il a également indiqué que «les mosquées et les associations radicales qui s’en prennent à la République» doivent être fermées. «Il faut expulser les étrangers qui tiennent des propos insupportables contre la République». «Aucun élément, aucune action, ne sera mis de côté. Nous agirons avec la plus grande détermination», a réaffirmé le Premier ministre.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...