23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 24 juillet 2024
AccueilFil infoRadicalisation : le jeune incarcéré à Majicavo voulait se rendre en Syrie...

Radicalisation : le jeune incarcéré à Majicavo voulait se rendre en Syrie ou en Irak

Ce 3 décembre a eu lieu la deuxième perquisition administrative à Mayotte dans le cadre de la généralisation de l’état d’urgence à l’Outre-mer le 18 novembre dernier. Elle vise un homme radicalisé en métropole, et revenu  dans l’île.

Tribunal police  - copieLa perquisition ordonnée ce 3 décembre par le préfet de Mayotte donne tout son sens à la motivation du décret généralisant l’état d’urgence à l’Outre-mer. George Pau-Langevin,  la ministre des Outre-mer l’avait en effet justifié en indiquant qu’il s’agissait de “raisons de cohérence nationale”.

Un communiqué du procureur de la République Joël Garrigue, va dans ce sens en apportant des précisions sur cet homme de 22 ans. Les services de police ont découvert en sa possession de très nombreux documents propagande et photographies en lien avec le terrorisme et plus particulièrement les actions de l’Etat islamique. L’homme, originaire de Mayotte, serait parti de métropole après s’être disputé avec des membres de sa famille qui n’acceptaient pas le mode de vie trop rigoriste qu’il voulait leur imposer après sa radicalisation en métropole. “Selon ses déclarations aux enquêteurs, il envisageait de partir se battre en Syrie ou en Irak, aux côtés de l’Etat islamique”, indique le procureur.

Peine maximale de 10 ans d’emprisonnement

Interpellé le 3 décembre dernier par la police lors d’une perquisition administrative ordonnée par le préfet Morsy, ce jeune homme de 22 ans a été présenté au juge d’instruction vendredi. Placé en détention provisoire dans le cadre d’une commission rogatoire, il avait été mis en examen pour recel habituel d’apologie du terrorisme. Il risque 10 ans de prison.

Il était “suivi” et faisait l’objet d’une fiche “S”, d'”Atteinte à la sûreté de l’Etat”. Il aurait en revanche un comportement ambigu, avec des propos souvent provocateurs. Il a été vu par un psychologue, nous indique une source policière. “L’instruction se poursuit pour déterminer les motivations de cet homme et sa dangerosité”, conclut le procureur Joël Garrigue.

A.P-L.

Le Journal de Mayotte

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...