27.9 C
Dzaoudzi
samedi 15 juin 2024
AccueilorangeMamoudzou: Des caméras pour tenter de casser l'insécurité

Mamoudzou: Des caméras pour tenter de casser l’insécurité

La commune de Mamoudzou organisait une visite de terrain avec un cabinet spécialisé dans la vidéo-protection ce mardi. L’objectif: installer entre 25 et 30 caméras pour s’attaquer à l’insécurité.

Entre 25 et 30 lieux pour positionner la vidéo-protection dans Mamoudzou
Entre 25 et 30 lieux pour positionner la vidéo-protection dans Mamoudzou

En métropole, les caméras dans les villes et les quartiers ont toujours eu leurs détracteurs et ont parfois soulevé des débats passionnés. Rien de tel, à l’heure actuelle, à Mamoudzou, où la crise sécuritaire est telle que le moindre début de réponse potentielle est vu avec intérêt. Face à la dérive des statistiques de l’insécurité, le choix des caméras est en tout cas celui de la mairie de Mamoudzou, une première réponse technique pour s’attaquer au fléau.

Ce mardi matin, c’était promenade dans les rues. En compagnie d’experts de la société parisienne Spallian, spécialisée dans la vidéo-protection urbaine, Nassuf Addeni Daroueche, l’élu chargé de la sécurité, et des agents de Mamoudzou visitaient la première partie des sites qui pourraient accueillir ces caméras, une quinzaine de lieux répartis entre Doujani (école et collège), Passamainty et Cavani (Stade, équipements sportifs, rond-point du baobab). La seconde série sera repérée demain. Elle concerne essentiellement Kawéni et le centre de Mamoudzou (mairie, front de mer, rue du commerce, Place mariage, marché couvert…).

«Nous avons réalisé un grand nombre d’entretiens avec les services municipaux, la police nationale et la police municipale pour définir des zones où la présence de caméra pourrait avoir un effet sur la délinquance de voie publique», explique Nicolas Lesimple, de la société Spallian. Les chiffres des polices ont également été utiles. Une fois des zones définies, il restait à préciser le lieu le plus approprié pour l’installation de la caméra, en fonction de la zone observée mais aussi de contraintes techniques. C’était l’objectif de la visite de ce matin.

Directs et enregistrements

Spallian, société spécialisée dans la vidéoprotection, connaît déjà la Martinique et La Réunion
Spallian, société spécialisée dans la vidéoprotection, connaît déjà la Martinique et La Réunion

Car le principe consistera à envoyer les images en temps réel par ondes-radios vers un PC technique dans chaque quartier où les vidéos seront enregistrées et stockées pendant 15 jours. Elles seront également diffusées par l’ADSL vers un poste communal central, probablement installé dans la mairie ou dans les locaux de la police municipale, où elles seront observées en direct.

«La législation sur ces images est très claire. Un nombre limité et prédéfini de personnes sera habilité à regarder ces images, en temps réel ou enregistrées. Ce seront essentiellement des agents de la police municipale», indique Nicolas Lesimple, qui met en avant la notion de traçabilité : il faudra être identifié pour accéder aux images.

Elus, services municipaux et police municipale pour définir les endroits les plus pertinents pour positionner les caméras
Elus, services municipaux et police municipale pour définir les endroits les plus pertinents pour positionner les caméras

Ces vidéos seront stockées 15 jours, soit moins que le maximum autorisé par la loi qui est de 30 jours. Ce délai permettra à la police, sur réquisition du procureur, de visionner voire de saisir des images qui permettraient de voir une scène de délinquance et d’identifier des auteurs.
«25 à 30 caméras, c’est un dispositif classique compte tenu de la taille de la ville, c’est ce qu’on pourrait appeler un dispositif ‘raisonné’», indique Nicolas Lesimple.

La balle aux politiques

Quant aux effets de tels dispositifs, ils sont toujours difficiles à prévoir. Entre diminution des faits ou déplacement de la délinquance, les débats sont souvent sans fin. Une chose est sûre, la réponse technique ne peut se substituer à la réponse humaine.

Spallian est un bureau d’étude qui propose son expertise pour imaginer et préparer le dispositif. Place maintenant aux politiques qui devront arbitrer le nombre exact, les lieux précis et le moment où ces caméras vont être déployées dans la ville. Concernant les sites visités ce mardi matin, pas besoin de préalables car l’éclairage public y est déjà installé et fonctionne plutôt correctement. Les premières caméras pourraient ainsi y être opérationnelles avant la fin de l’année.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...