26.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilEconomieLe rapport de la Cour des Compte attend toujours une réponse adaptée

Le rapport de la Cour des Compte attend toujours une réponse adaptée

A force de répondre qu’on fait beaucoup pour ce département, alors que les critiques de la Cour des Comptes sont chiffrées, un dialogue de sourd s’installe. Le député mahorais Ibrahim Aboubacar a tenté de le rompre hier par une question au Premier ministre.

Le député Aboubacar interroge le premier mnistre
Le député Aboubacar interroge le Premier mnistre

Notre député est intervenu fermement ce mercredi à l’assemblée nationale lors de la séance de questions ouvertes au gouvernement. Lui qui nous a habitué à un ton plutôt consensuel avec ce gouvernement du même bord politique que lui, s’est lâché pour interpeller le Premier ministre sur le rapport en forme de constat sévère dressé par la Cour des comptes: «La Départementalisation de Mayotte, une réforme mal préparée, des actions prioritaires à conduire».

Le politicien sadois sait bien que le texte offre à Mayotte une chance unique de se faire entendre qu’il ne faut surtout pas brader. Et lorsqu’il évoque «un constat lucide» de la situation, il rejoint le sénateur Thani Mohamed qui parle de «constat juste».

Il relève surtout que «malgré les réformes menées pendant 15 ans, il apparaît d’une part que les chantiers fondamentaux préalables, de l’Etat-civil, du Foncier, de la Réforme fiscale et de la formation des agents publics pour ne citer que ceux-là, n’ont pas été conduits à terme et que d’autre part son pilotage a été insuffisant.» Une alerte, si l’en fallait, de la considération que les gouvernement successifs ont eu pour Mayotte.

Les « indemnités » du CPER

George Pau-Langevin répond "Mayotte 2025"
George Pau-Langevin répond “Mayotte 2025”

Son intervention s’adressait au Premier ministre, c’est George Pau-Langevin qui lui répondra. Comme le souligne la ministre des Outre-mer, on peut concéder à l’actuelle équipe gouvernementale un rattrapage comme il y en a eu peu dans le passé : «Investissement dans 350 salles de classe, doublement du RSA…» détaillait-elle, tout en mouchant au passage l’ancien député LR Mansour Kamardine, toujours pour son interview dans le Figaro: «Une information déraisonnable (…) qui oublie que la départementalisation a été préparée entre 2008 et 2012», soit sous la présidence de Nicolas Sarkozy, «des critiques mal venues.»

Pourtant, la ministre finit par botter en touche, «Mayotte va se moderniser, je suis confiante», en annonçant une «indemnité» du Contrat de Plan Etat région (CPER) à Mayotte 5 fois supérieure à ce qui se fait ailleurs. Or, l’investissement dans le CPER n’a rien d’une indemnité, mais découle d’une participation conjointe de l’Etat et du département, les investissements étant étroitement liés à ce jumelage. Ils peuvent ainsi ne jamais aboutir si le second fait défaut, ce qui s’est produit précédemment.

« Un chemin périlleux »

Une motivation mutuelle
Une motivation mutuelle

S’il faut comparer l’effort budgétaire de l’État par habitant dans les DOM, il suffit de reprendre les chiffres de la Cour des Comptes: «De 6.420 euros en Guyane, 5.331 euros à La Réunion mais de seulement 3.964 euros à Mayotte.» Ainsi, la dotation globale de fonctionnement (DGF) est de 473 euros par habitant à La Réunion contre 130 euros par habitant à Mayotte.

Et alors même que l’Etat s’engage moins, notre département a perçu en 2015 les deux tiers seulement de la somme promise : 107 millions d’euros contre 165 millions d’euros.

La ministre évoque aussi le document cadre Mayotte 2025, qui ne se concrétisera pourtant, comme le faisait remarquer Ibrahim Aboubacar, «qu’à condition que des décisions fondamentales de recadrage, de redressement et de programmation, soient prises sans délais par l’Etat et les Collectivités locales.»

Alors oui, comme le dit la ministre, en félicitant «les élus au travail», il y a «énormément de travail», et surtout «beaucoup d’investissements à mettre». Il ne suffit pas de le dire, car à les contourner, il y a un risque, celui «de voir ce jeune département dériver de façon incontrôlée vers un chemin périlleux», met en garde le député.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...