25.9 C
Dzaoudzi
samedi 22 juin 2024
AccueilorangeRassemblement de bouenis devant le collège de Passamainty

Rassemblement de bouenis devant le collège de Passamainty

Rassemblement devant le collège de Passamainty
Rassemblement devant le collège de Passamainty

Les collégiens de Vahibé ne peuvent donc se rendre dans leur collège à Passamainty. Et comme à chaque fois que le ramassage n’est pas effectué, les scolaires érigent des barrages. C’est le cas à Vahibé où depuis deux jours la circulation et bloquée.

Les mamans accompagnées de quelques jeunes ont décidé de se rendre devant le collège pour protester : “Ceux de Passamainty peuvent suivre les cours, pas les nôtres.” Un homme au mégaphone devient très vindicatif lorsque nous sortons un appareil photo: “Nous ne voulons pas de journalistes, vous nous prenez pour des bêtes de foire!”, criait-il hors de lui, faisant référence à un reportage d’une chaîne locale qui lui aurait déplu.

Une délégation de mamans était reçu par le principal du collège. Devant la grille, les échanges vont bon train. Selon certains, le conseil départemental devrait maintenir le ramassage, “c’est une obligation”, quitte à mobiliser les moyens policiers pour sécuriser le convoi. “Surtout que c’est une petite minorité de chacun des deux villages qui est l’auteur de violences”, indique toujours le même papa d’un élève de Passamainty.

“C’est pas nous”

Les habitants de Vahibé se défendent de toute violence
Les habitants de Vahibé se défendent de toute violence

Pour un parent de Vahibé, “l’enfer c’est les autres”: “Ce sont ceux de Passamainty qui ont commencé”, tandis que quelques uns reconnaissaient qu’il fallait reconnaître des fauteurs de troubles dans les deux villages pour pouvoir avancer. “De toute manière, les auteurs ne sont même pas au collège aujourd’hui. Et on sait qui ils sont, ils sont connus des forces de police.” Des “connus des forces de police”, Mayotte n’en regorge pas, mais ce sont bien souvent les mêmes petits groupes qui sèment le désordre et qu’il faudrait prendre en charge.

Les mamans avancent l’échec des discussions avec les autorités communales et départementales, pour maintenir le barrage à Vahibé et seront de nouveau reçues par le principal de Passamainty cet après-midi, pour discuter de la meilleure manière de sensibiliser les habitants de Passamainty.

Anne Perzo-Lafond

Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...