22.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilEnvironnement23 nouveaux "gardes particuliers" pour la forêt de Mayotte

23 nouveaux “gardes particuliers” pour la forêt de Mayotte

Destruction bananierNous étions partis en expédition avec eux en septembre sur les flancs de la forêt de Majimbini : riche en essences forestière, elle a le tort d’être bordée par trois grosses communes, Mamoudzou, Koungou et Tsingoni, ce qui explique sa vulnérabilité.

Car chaque mois, des troncs d’arbre sont abattus, parfois par des planteurs de bonne foi, certaines parcelles étant issues d’une partition antérieure à l’arrivée de la France, mais la plupart du temps, par des cultivateurs sauvages, qui s’arrogent le droit d’utiliser pour leur propre compte ces parcelles de verdure.

Jusqu’à présent, seuls les gendarmes pouvaient les verbaliser. Ce n’est plus le cas depuis ce mercredi, puisque 23 gardes forestiers ont prêté serment à la barre du tribunal : « Nous allons pouvoir dresser des PV pour déboisement, pâturages, abattage ou brûlis », se réjouit l’un d’entre eux en sortant de la salle d’audience. « Et même pour le dépôt des déchets », indique la seule femme du groupe qui travaille à la Direction de l’environnement et du patrimoine naturel.

Une formation en police forestière

Une feuille informative en trois langues, accrochée aux arbres
Une feuille informative en trois langues, accrochée aux arbres

Lorsque le contrevenant est identifié, il sera convoqué au Service Forêt du département à Coconi. Il lui en coutera de 38 euros (infraction de 1ère classe) à 3.500 euros par hectares en cas de déboisement. Amendes qui sont vite rentabilisées entre la vente sauvage de pâturage pour les zébus (à partir de 5€ ), le régime de banane (50€) ou le charbonnage.

Cette évolution, ceux qui sont maintenant des gardes particuliers la doivent à une formation suivie auprès du CNFPT, qui leur a permis de découvrir des notions juridiques de base, de suivre des modules sur la Police de chasse, sur la Police de pêche en eau douce, sur la police forestière et la police du domaine public routier.

Les forêts du département, faute d’être encore parfaitement bien gardées, bénéficient d’anges gardien qui vont pouvoir rendre justice au nom de sa végétation sacrifiée. Qui mériterait qu’un programme de plantation d’arbre soit engagé avec le produit des amendes.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...