25.9 C
Dzaoudzi
samedi 22 juin 2024
AccueilorangeMayotte et le chaos : les solutions d’un citoyen et homme politique...

Mayotte et le chaos : les solutions d’un citoyen et homme politique local

Les évènements que connaît Mayotte depuis 10 jours maintenant, provoquent des réactions en chaîne, souvent avec le référentiel de 2011 en arrière plan. Nous avons retracé l’appel au déblocage de la voie publique par le patron du Medef, nous rapportons la tribune libre d’un ancien candidat aux législatives de 2012, Gilles Martin.

Il n’a d’autre légitimité que de connaître Mayotte et d’avoir tenté de décrocher la fonction de parlementaire en 2012, non pas sous l’étiquette LR dont il est proche, mais sous celle de son parti Ouvoimoja (« tous ensemble » en shimaore).

Dans un communiqué diffusé sur sa page Facebook, il reprend pour évoquer la situation le terme de « chaos explosif », le même qu’a employé Thierry Galarme, le patron du Medef local.

Il implique les élus « à tous les niveaux » pour stopper le « laxisme » et le « je-m’en-foutisme » ambiant, mais aussi l’Etat. Et leur donne quelques pistes, dont on ne sait s’ils auront le courage, les uns ou les autres, de les porter.

La marine nationale en appui

La première porte sur l’immigration et s’adresse au préfet, donc à Paris. Rappelons pour mettre en lumière son point de vue, qu’un réseau clandestin a été démantelé la semaine dernière, après que prés de 2.500 personnes aient pu accéder à nos côtes sur 2 mois, rien que sur cette filière. Gilles Martin préconise une lutte résolue, « il suffit de placer 1 ou 2 navires de la marine nationale au nord de Mayotte pour contrôler l’essentiel des passages (…), action moins coûteuse que les reconduites à la frontière », réinvestissant le différentiel de ressources dans une coopération efficace avec les îles voisines.

On y opposera la détresse humaine, issue notamment d’une coopération qui n’a jamais marché, « parce que notre pays y conduit une diplomatie de faible ». La décision de laisser passer ce flux migratoire doit alors s’accompagner d’un décuplement au moins des investissements nationaux dans les secteurs médicosociaux et scolaires à Mayotte, pour un accès à tous aux services publics.

Il attaque sur la fin du droit du sol à Mayotte : « Nous connaissons le résultat avec au final ces centaines d’enfants laissés et livrés à eux même, dont personne n’est capable de s’occuper, pas même l’État à qui pourtant revient la charge. » Un certain sénateur PS Thani Mohamed Soilihi avait pris cette position pour provoquer un débat de fond, qui n’a jamais eu lieu.

« Des prisonniers mieux lotis que les malades »

Christiane Taubira et Nathalie Boisseau devant la Maison d'arrêt le 15 octobre 2014
Inauguration de la maison d’arrêt par Christiane Taubira le 15 octobre 2014

En ce qui concerne les scènes de guérillas urbaines, le politicien fustige « des zones de non droit, résultantes du laxisme de la justice… Chaque délit doit faire l’objet d’une peine réellement exécutée Nous ne devons avoir aucune tolérance à l’égard de la délinquance! » On connaît la réponse du procureur qui demande à corps et à cri un Centre éducatif fermé pour les mineurs, que l’Etat n’a toujours pas programmé. Sur le sujet de l’enfermement, Gilles Martin dénonce des malades moins bien traités à l’hôpital que les prisonniers « dans cette prison High Tech ».

Face au désarroi des victimes non indemnisées à la hauteur du préjudice, et on l’a vu ce matin avec des automobilistes caillassés qui agitaient le « malus » de leur assurance, il appelle à « des retenues sur les prestations sociales (…) pour redonner la notion de responsabilité aux adultes, responsables légaux, parents ou tuteurs. »

Il demande le retour du service national obligatoire, « qu’il soit militaire ou civique (…) où étaient enseignées les valeurs de respect, d’autorité, d’entraide », et un retour à l’autorité du corps enseignant, on pourrait même dire, de l’adulte tout court.

« Cadis contre caïds »

Une réunion sous l'autorité du grand Cadi

Valoriser l’effort et le travail, « et non l’assistanat systématique », adapter la formation à nos besoins, prioriser l’éducation, sont ses autres pistes.

Mais il n’a pas oublié les cadis et le rôle que ces anciens juges, «garants de l’autorité et de la transmission des valeurs morales »  doivent jouer : « Des cadis, pour que les jeunes oisifs ne deviennent pas des caïds en quelque sorte… »

Il invite enfin à arrêter de voter par complaisance, mais pour des élus « qui savent ce qu’est l’engagement et la responsabilité envers sa population », (lui peut-être ?), afin de redonner une autre image de notre département « qui aujourd’hui fait fuir tout investisseur potentiel, tout tourisme, tout potentiel d’économie et donc d’emplois, toute envie de retour de nos jeunes formés et ambitieux pour notre île. »

« J’aurais trouvé la paix lorsque cette île que j’aime tant connaitra elle même la paix », conclut-il son communiqué que l’on peut retrouver dans son intégralité sur sa page facebook.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139509
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139509
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139509
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139509
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139509
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139509
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...