28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 23 juin 2024
AccueilorangeL’IFSI célèbre ses infirmiers diplômés et lance une formation en puériculture

L’IFSI célèbre ses infirmiers diplômés et lance une formation en puériculture

 Josiane Henry, Catherine Barbezieux, et Juliette Corré directrices de l'IFSI, du CHM et de l'ARS

Josiane Henry, Catherine Barbezieux, et Juliette Corré directrices de l’IFSI, du CHM et de l’ARS

Un petit moment qualifié «d’historique» par Issa Issa Abdou, le vice-président du département chargé du social et de la santé. Ce vendredi matin, l’IFSI de Mamoudzou a officiellement lancé sa 1ère promotion d’infirmiers spécialisés en puériculture. La formation va se dérouler sur un an, une année supplémentaire qui va venir compléter les 3 ans de formation d’infirmier.

Issa Issa Abdou parle ainsi «d’un exploit» pour Mayotte quand on sait, par exemple, qu’il n’existe qu’une seule formation de ce type pour les 3 départements des Antilles-Guyane.

«Nous avons obtenu l’autorisation d’ouvrir cette spécialité à Mayotte, 3 ans après avoir eu la possibilité de faire monter le nombre d’étudiants de nos promotions d’infirmiers à 30», précise Josiane Henry, la directrice de l’IFSI, installé dans l’enceinte du centre hospitalier. Car ce matin, c’était aussi l’heure de la remise des diplômes pour cette 1ère promo, avec désormais, 26 étudiants infirmiers diplômés d’Etat supplémentaires.

Des étudiants, espoirs du système de santé de Mayotte

Issa Issa Abdou remet leur attestation de diplôme aux élèves de l'IFSI
Issa Issa Abdou remet leur attestation de diplôme aux élèves de l’IFSI

Et pour eux, l’Agence régionale de santé (ARS) comme le CHM font les yeux de Chimène. «Nous avons réellement un grand besoin de vous!» a lancé très directement Catherine Barbezieux, la directrice adjointe du CHM. Pour l’hôpital, qui assure aussi dans ses missions une part de la formation de ces élèves infirmiers, ces promos plus nombreuses offrent la possibilité de voir arriver du personnel qui «souhaite s’inscrire dans la durée à Mayotte, en travaillant à l’hôpital, mais aussi en libéral ou en PMI».

L’analyse est partagée par Juliette Corré, la directrice de l’ARS à Mayotte: «On forme des Mahorais à des métiers très importants ici dans le département. Je pense que vous serez très vite captés tant les besoins en personnel du CHM sont importants».

80% de Mahorais l’an prochain

La semaine dernière, lors de la séance plénière du conseil départemental, la conseillère d’opposition Soihirat El Hadad dénonçait le fait que l’IFSI ne comptait que 20% de Mahorais parmi ses élèves.
La critique est balayée par Josiane Henry qui pilote l’institution depuis de très nombreuses années et n’a jamais cessé de se battre pour la formation des jeunes Mahorais. «70% des élèves de cette promo sont originaires de Mayotte et ils seront même 80% l’an prochain», assure-t-elle.

26 infirmiers et 15 aides soignants diplômés sous le regard bienveillant des élèves des promos à venir
26 infirmiers et 15 aides soignants diplômés sous le regard bienveillant des élèves des promos à venir

A côté des infirmiers, 15 aides-soignants ont également achevé leur formation ce vendredi matin. Et l’IFSI continue à avoir des projets. Si l’institut a poussé les murs pour accueillir la nouvelle formation en puériculture, elle devrait déménager pour bénéficier de nouveaux locaux, bien plus importants dans les années à venir.

Un déménagement pour 2018

«Nous allons nous installer dans les nouveaux bâtiments du centre d’affaire de Kawéni, à proximité du nouveau siège de la CSSM à l’horizon 2018. Nous disposerons d’un amphithéâtre et nous pourrons continuer à augmenter le nombre de nos étudiants. Nous visons des promotions de 40 élèves», confie Josiane Henry.

Il est loin le temps où la petite école d’infirmiers de Mayotte avançait cahin-Caha au gré de développement de Mayotte. Alors que le système de santé est au bord de la crise de nerf face à une activité galopante, l’IFSI de Mayotte compte désormais dans le paysage et c’est incontestablement avec ses étudiants que l’offre sanitaire à Mayotte pourra continuer à progresser.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Des danses traditionnelles pour célèbrer la 1ère promo à 30 élèves infirmiers
Des danses traditionnelles pour célèbrer la 1ère promo à 30 élèves infirmiers

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...