26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilorangeProfessions médicales: Mayotte reste désespérément un désert

Professions médicales: Mayotte reste désespérément un désert

Les indications des différents services à l'entrée du CHM à Mamoudzou
Les indications des différents services à l’entrée du CHM à Mamoudzou

L’actualisation des données de l’ARS sur les professionnels de santé qui exercent à Mayotte porte sur 3 catégories. Tout d’abord, les professions médicales. On apprend ainsi que 225 médecins travaillent dans notre département, dont 95 spécialistes (hors remplaçants). L’essentiel d’entre eux est salarié du CHM, «l’activité libérale reste faible avec seulement un médecin sur dix», note l’ARS.

Le nombre de médecins augmente donc légèrement en un an (+8%) avec 7 généralistes et 10 spécialistes supplémentaires, permettant à la densité médicale de progresser, elle aussi, doucement. Nous comptons en 2016, 61 généralistes pour 100.000 habitants, encore très loin de la métropole (143/100.000 habitants) et de La réunion (141/100.000 habitants). Mais l’an dernier nous n’étions qu’à 58.
Même progression et même retard concernant les spécialistes avec 45 professionnels pour 100.000 habitants (contre 40 l’an dernier mais 176 en métropole et 145 à La Réunion). Mayotte reste donc de ce point de vue un désert médical… un (tout petit) peu moins désertique !

Les sages-femmes sont 174 à exercer sur l’île, essentiellement au CHM. En effet, seules 6% d’entre elles sont libérales. Deux particularités: elles sont jeunes (78% ont moins de 35 ans) et elles permettent à Mayotte d’afficher une densité deux fois plus forte qu’en Métropole (328 sages-femmes pour 100.000 femmes, contre 143 dans l’Hexagone) mais la situation démographique n’est pas vraiment comparable.

Dentiste dépistageEnfin, on dénombre 14 chirurgiens-dentistes dont la moitié sont libéraux… Un nombre qui reste désespérément stable depuis très longtemps. On ne compte que 7 dentistes pour 100.000 habitants contre 63 en métropole et 52 à La Réunion… La situation reste préoccupante car dans le même temps, les campagnes d’informations sur les soins dentaires se poursuivent. La population pourrait donc attendre, logiquement, un développement de l’offre qui ne vient décidément pas.

La situation des paramédicaux

Deuxième catégorie analysée, les professions paramédicales. A Mayotte, on compte au 1er janvier 2016, 947 praticiens paramédicaux (hors psychologues) exerçant sur l’île, dont 227 libéraux.

L’effectif des infirmiers représente 85% de ces paramédicaux. Ils sont 803 à Mayotte, 40 de plus que l’an dernier (7 libéraux ou mixtes de moins qu’en 2015 et 47 de plus au CHM).
Là encore, la densité à Mayotte est à des années lumières de ce que l’on constate en métropole avec 378 infirmiers pour 100.000 habitants contre 967 dans l’hexagone et 846 à La Réunion.

Les masseurs-kinésithérapeutes sont 77. Ils sont 10 de plus qu’en 2015 mais notre département fait encore face à une densité 3,5 fois moins importante qu’en métropole (36 kinés à Mayotte pour 100.000 habitants contre 123 dans l’hexagone… et 176 à La Réunion).

5 fois moins de psychologues qu’en métropole

Les psychologues sont également rangés dans cette catégorie (même s’ils n’en font pas réellement partie). On en dénombre 39 majoritairement salariés, contre 30 en 2015. Là encore, leur densité reste très faible malgré la progression: 18 pour 100.000 habitants contre 88 en métropole.

PharmacieLes autres professions paramédicales connaissent des évolutions différentes. En légère augmentation pour les opticiens (10 soit +1), manipulateurs ERM (31 soit +3), diététiciens (5 soit +1), psychomotricien (4 soit +1). En revanche, le nombre d’orthophonistes diminue (8 soit -2), les autres professions sont stables.

20 pharmacies de ville

Enfin, 3e catégorie de professionnels de santé étudiée, les pharmaciens. Au 1er janvier 2016, Mayotte compte 20 officines. Le nombre de pharmaciens est de 20 libéraux et 44 salariés en ville, au CHM ou dans d’autres structures. L’effectif est jeune: la moitié des pharmaciens ont moins de 35 ans et la moyenne d’âge de la profession à Mayotte est de 39,5 ans. Au total, les pharmaciens sont 64 à Mayotte, 6 de plus qu’en 2015.

Une nouvelle fois, la densité progresse tout en restant faible: on compte 30 pharmaciens pour 100.000 habitants (113 dans l’hexagone et 84 à La Réunion) et seulement 9 en libéral pour 100.000 habitants (contre 47 en métropole et 43 à La Réunion). La situation de ce secteur libéral reflète la particularité mahoraise où l’hôpital public occupe une place bien plus importante que dans le reste de la France. L’ARS note ainsi que «les centres de référence et les dispensaires dispensent aussi des médicaments aux patients permettant de couvrir l’ensemble de l’île à l’exception de la commune de Kani-Kéli».

Le secteur libéral toujours en panne

Au regard de ces chiffres, la situation globale ne se dégrade pas mais elle reste néanmoins très préoccupante. D’un côté, nous continuons à disposer d’un secteur libéral embryonnaire (à l’exception des kinés) et qui peine à se développer voire qui régresse. De l’autre, l’hôpital occupe une place toujours plus prépondérante dans notre système de santé.

Incontestablement, Mayotte reste un désert médical et aucune politique ne parvient, à ce jour, à changer véritablement la donne. Car dans le même temps, l’activité médicale et paramédicale continue de progresser et l’augmentation du nombre de professionnels de santé n’est d’évidence pas suffisante. A Mayotte, même si cet indicateur permet d’avoir une idée de la situation, il semble illusoire d’analyser la géographie médicale au seul regard de la population officielle, compte tenu des flux de patients provenant des îles voisines.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...