26.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilorangeFoot, culture et voyage pour des ados de Ouangani

Foot, culture et voyage pour des ados de Ouangani

La mairie de Ouangani
La mairie de Ouangani

Des terrains de football de Ouangani jusqu’à Montbéliard, dans l’Est de l’hexagone. Douze jeunes vont partir avec 4 animateurs dans exactement deux semaines, vers Paris puis le pays de Montbéliard pour les rencontres «Mondial Est».

Cet événement, organisé par l’association «Nous C’Mieux» de Montbéliard, se veut «porteur de valeurs citoyennes comme la tolérance, la solidarité et l’acceptation des différences». Il repose à la fois sur des activités culturelles et sportives, avec le football comme «moyen d’approche de la vie collective, de ses règles et de ses enrichissements».
«C’est un tournoi de football innovant qui permet à des centaines de jeunes venus de différents horizons de créer des liens», expliquent les organisateurs.

Cette action sportive est «un socle et un prétexte pour partager des valeurs comme le respect de l’autre, l’honnêteté, le sens des responsabilités et la fraternité», explique Monarda Hamza, secrétaire de la MJC de Ouangani et responsable du projet dans la commune. Les jeunes Mahorais, âgés de 11 à 16 ans, vont ainsi se retrouver avec d’autres ados venus de Toulouse, Paris, Angoulême, Lyon, Valence, d’Alsace, de Belfort et bien entendu de Montbéliard. Et il ne sera pas seulement question de football puisque chacun arrive avec des créations ou des traditions culturelles à partager.

Des jeunes exemplaires et des décrocheurs

Ce n’est pas la première fois que la commune de Ouangani envoie des jeunes à ce rendez-vous. En 2011 déjà, 10 adolescents avaient fait le voyage mais depuis, les finances de la commune n’avaient pas permis de renouveler l’expérience. «Tout a commencé avec une assemblée générale d’associations de MJC à Cannes en 2000», raconte Monarda Hamza. Lors des tables rondes thématiques, des représentants de Montbéliard avaient été touchés par nos actions. Ils y voyaient beaucoup de similitudes». Les contacts ainsi noués, c’est le début d’un long partenariat qui continue jusqu’à aujourd’hui.

Envoyer 12 jeunes de la commune, cela signifie choisir parmi tous ceux qui seraient susceptibles de partir. «C’est un choix qui n’est jamais facile», reconnaît Monarda Hamza. «Nous avons voulu récompenser des jeunes qui travaillaient bien sur le terrain et qui étaient impliqués et assidus. L’idée est aussi de mettre en valeur de jeunes qui jouent bien au football. Mais on a voulu qu’il y ait un travail social autour de l’opération».

Les footballeuses mahoraises en bleu blanc rouge pour soutenir l'équipe de France pour l'Euro 2016
Encore une action avec le foot utilisé pour faire du lien social. Ici, les footballeuses mahoraises pour l’Euro 2016

Ainsi, deux jeunes «qui commençaient à décrocher» ont été intégrés dans le groupe. «Nous souhaitions les réorienter vers le droit chemin et vers le système scolaire. Notre volonté est de les amener à voir autre chose, à aller ailleurs, pour les inciter à travailler et à revenir sur les bancs de l’école».

L’implication des familles

Ces jeunes savent aussi qu’ils peuvent compter sur leur famille, un pilier important pour construire un parcours. Car pour que ces adolescents partent, les parents doivent participer aux frais à hauteur de 550 euros, une somme parfois très importante pour les familles. «On a des parents qui se sont dits, c’est une chance pour mon enfant. Pour la 1ère fois dans sa vie, il va partir, il va aller visiter le sénat, la mairie de Paris, il va rencontrer d’autres personnes. Et ils se sont sacrifiés pour leurs enfants», raconte Monarda Hamza.

Actuellement, le groupe est en pleine répétition. Car ces jeunes partent aussi pour montrer un peu de Mayotte aux autres ados qu’ils vont rencontrer. Ils travaillent donc leur Chigoma et leur performance à la course de pneus qu’ils vont faire découvrir aux métropolitains.

«On est sûrs que ce que ces jeunes-là vont vivre, va leur donner envie de faire des choses dans leur vie, d’aller plus loin, plus haut !» s’enthousiasme Monarda Hamza. Et pour que ce voyage se passe dans les meilleures conditions, il continue de rassembler des fonds. Ce vendredi 7 octobre, Ouangani va accueillir Baco Ali pour une soirée qui permettra de récolter des euros, précieux pour la réussite de ce séjour.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...