26.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEducationScolarité obligatoire de 3 à 18 ans: Un défi supplémentaire pour l’école...

Scolarité obligatoire de 3 à 18 ans: Un défi supplémentaire pour l’école à Mayotte

bareigts-fiere
La tribune de la ministre des Outre-mer dans le JIR ce mercredi

«Je n’acceptais pas que les conditions d’études ici ou à Mayotte, ne soient pas dignes de l’école de la République. Je n’acceptais pas qu’il soit ici, plus qu’ailleurs, plus difficile de se soigner. Je n’acceptais pas que des familles entières soient confrontées à la difficulté de se loger et plus globalement, au coût de la vie. Alors je me suis engagée», raconte-t-elle.

Dans le texte qu’elle a défendu, on trouve donc logiquement des dispositions pour l’école parmi lesquelles une augmentation de la période de scolarisation obligatoire. Jusqu’à présent fixée de 6 à 16 ans dans les Outre-mer comme dans l’hexagone, elle devrait s’étendre de 3 à 18 ans. La disposition pourrait donc placer les Outre-mer en avance sur la métropole, la ministre de l’Éducation Najat Vallaud-Belkacem s’étant déclarée favorable à la mesure pour la métropole… pour le prochain quinquennat.

Le taux de scolarisation des enfants de 3 à 5 ans à Mayotte (Source: Vice-rectorat)
Le taux de scolarisation des enfants de 3 à 5 ans à Mayotte (Source: Vice-rectorat)

En métropole, les syndicats sont favorables à l’idée, qui vise à maintenir dans le circuit scolaire les trop nombreux décrocheurs. La scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans est même une revendication historique du Snes. Mais chez nous, il s’agirait d’un nouveau défi pour le système scolaire… aux deux bouts de la scolarisation.

6.534 enfants entrent au CP sans préscolarisation

Du côté des petits, l’école maternelle poursuit en effet sa montée en puissance. Il faut rappeler qu’elle n’a été mise en place à Mayotte qu’en 1993, il y donc à peine 23 ans. En 2015, 17.052 enfants y étaient scolarisés, près de 500 de plus que l’année précédente. Pour autant, nous sommes encore loin d’une scolarisation généralisée avant 6 ans.

Ainsi, le taux de scolarisation des enfants de 3 ans n’est que de 65% à Mayotte (4.356 élèves). Il est de 98,5% en métropole et près de 100% à La Réunion. Dans notre département, ce sont donc plus de 2.400 enfants de 3 ans qui ne sont pas scolarisés.

Ce taux de scolarisation remonte ensuite fortement à environ 94% pour les enfants de 4 et 5 ans… Mais cela signifie que ce sont encore environ 500 enfants de 4 ans et autant âgés de 5 ans qui sont en dehors du système scolaire.

50.500 élèves dans le 1er degré
La vice-recteur Nathalie Costantini dans une école à la rentrée 2015

A l’entrée au CP, le vice-rectorat annonçait pour 2015 le nombre de 6.534 enfants qui arrivaient à l’école sans préscolarisation.

Des classes, des écoles et des enseignants

Sans même parler des problèmes de recrutement liés à cette «mise à niveau», le problème du nombre de classes et d’écoles continuerait à se poser. Sachant qu’en 2015 le vice-rectorat annonce une moyenne de 293 élèves par école dans le 1er degré, il faudrait construire près de 22 nouvelles écoles maternelles pour parvenir, sans rotation, à absorber ces 6.534 enfants.

Autant dire que le doublement de l’enveloppe pour les constructions scolaires annoncé par Ericka Bareigts il y a une semaine paraît insuffisante. Cette somme qui passerait ainsi à 20 millions, de quoi «soulager notre gestion des écoles», soulignait Saïd Omar Oili, le président de l’association des maires de Mayotte… Qui s’empressait de préciser que c’était «encore insuffisant». Il estimait déjà les besoins d’investissement à 200 millions, jusqu’en 2020, autrement dit un besoin annuel de 40 à 50 millions.
Logiquement, Rivo du SNUipp embrayait, parlant d’«une goutte d’eau là où il faudrait un Plan Marshall.»

La pyramide des âges des enfants scolarisés à Mayotte
La pyramide des âges des enfants scolarisés à Mayotte

Selon les chiffres du vice-rectorat, à la rentrée 2016, 60 écoles sont encore (ou déjà) en rotation dans notre département. En 2015, cela concernait 379 classes soit un taux de rotation de 19,6%.

Décrochage après 14 ans

Mais cette extension de l’âge obligatoire de la scolarisation provoquerait aussi un embouteillage à l’autre bout du système scolaire. Car le décrochage scolaire après 14 ans est très clairement visible dans la pyramide des âges des enfants scolarisés à Mayotte. Les élèves âgés de 17 ans sont deux fois moins nombreux que ceux âgés de 11 ans.

Là encore, le développement des filières, des formations et des places, déjà réel, serait contraint de connaître une véritable accélération pour coller à l’objectif… sachant que les élèves qui ratent leur examen n’ont déjà souvent plus de place pour recommencer une année sur les bacs d’une terminale ou d’un CAP. L’éducation à Mayotte devrait donc rester encore pour longtemps un vaste chantier.

RR
www.jdm2021.alter6.com

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139112
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139112
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139112
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139112
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139112
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139112
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...