24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilEconomie« Des moyens pour investir », implore le maire de Bandraboua

« Des moyens pour investir », implore le maire de Bandraboua

Soulaimana Boura dévoile une partie des projets d'aménagement de sa commune
Soulaimana Boura devant le stade incomplet

Soulaimana Boura avait déjà évoqué le dossier dans nos colonnes, qui reste coincé puisque toujours inscrit aux investissement du SMIAM, le défunt syndicat mixte d’investissement et d’aménagement de Mayotte, dont il faut encore régler le passif et l’actif.

Un maire qui a d’autres projets dans son sac et qui s’impatiente lorsqu’il entend la ministre Bareigts de passage à Mayotte expliquer aux maires qu’elle a besoin de projets, « mais j’en ai plein, et des ficelés ! » Mais il plaint les communes de Mayotte : « Avant nous bénéficions du Fonds Intercommunal de péréquation, du Fonds mahorais de développement… Qu’est ce qui les remplace en dehors d’une maigre Dotation d’équipement des territoires ruraux de 140.000 euros par an ? »

Pour lui, la fiscalité locale ne vient qu’en appoint, « et l’octroi de mer est destinée au fonctionnement. Nous n’avons pas de dotation à la hauteur des besoins en investissement», déplore-t-il.

Diagnostic social

Le complexe sportif de Bandraboua
Le complexe sportif de Bandraboua

Il est prêt à cofinancer à hauteur de 10%, assure-t-il, et a déjà démarché pour son histoire de terrain de sport, le ministère des Outre-mer, les préfets successifs, « et à la DEAL, ils me voient régulièrement parce que je voudrais bénéficier du Contrat de plan Etat-région », à la programmation déjà figée. Il vise aussi la Ligne budgétaire unique, « qui repart en métropole faute d’avoir été consommée. »

En dehors des projets en cours, le maire de Bandraboua veut essayer de mettre en place un diagnostic social, « pour les personnes étrangères de la commune, qu’ils soient anjouanais ou africains, il faut bien leur donner une place. Ils viennent tous les jours pour scolariser leurs enfants, j’en suis à 200 refus d’inscriptions cette année en école élémentaire… »

Comme ses pairs, il trouve « dérisoire », le doublement de la dotation de construction pour les établissements scolaires, « j’ai calculé mes besoins, ils sont de 10 millions d’euros, soit la dotation annuelle pour tout le territoire ! »

Un CCAS non fonctionnel

Les mairies doivent mettre en place des plans de formation (Ici, la mairie de Bandraboua)
La mairie de Bandraboua

Il déplore n’être pas entendu par les fonctionnaires de la préfecture, « qui allouent les dotations depuis leurs bureaux », et comme nous lui rapportons qu’un agent détaché fait le tour des communes, il s’étonne qu’il n’ait pas pris en compte ses besoins. Il ne fait pas partie des plus mal doté pourtant, et le reconnaît volontiers, lui qui a reçu 900.000 euros pour l’année 2016, « des travaux de construction et de rénovation programmés sur les vacances de Noël », indique-t-il, les arrêtés étant tombés il y a 3 mois seulement. »

Autre problème, mais de taille, la mise en place des Centre communaux d’actions sociales, « qui nous sont imposés depuis 2 ans, sans moyens supplémentaires. » Ni du département, « qui est dans la situation qu’on connaît », ni de l’Etat. Résultat, le sien ne fonctionne pas.

Des CCAS indispensables pourtant puisque destinés à proposer un ensemble de services pour faire face aux situations de précarité ou de difficulté sociale touchant notamment les familles, les personnes âgées, les personnes sans emploi et les personnes en situation de handicap. Le public de la commune y est conseillé sur les droits sociaux, orienté vers les partenaires locaux ou directement pris en charge. Et qui nécessitent des éducateurs et des animateurs, encadrés par un directeur.

Bandraboua fut la commune modèle, et le maire entend qu’elle garde cette image…

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...