30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
AccueilorangeRencontre avec le directeur de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme: lancement...

Rencontre avec le directeur de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme: lancement de la Plateforme

Hervé Fernandez
Hervé Fernandez s’est battu pour avoir un diagnostic chiffré

Comme Guy Fitzer, sous-préfet chargé de la Cohésion sociale n’avait pas fait les choses à moitié pour les Journées de la Ville en mobilisant le CUFR de Dembéni, il avait aussi convié le leader d’un domaine d’action vitale de la politique de la Ville à Mayotte, Hervé Fernandez, le Directeur de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme.

Une action qui connut des hauts et des bas sur le territoire. Et Hervé Fernandez peut en témoigner, lui qui foula notre sol en 2009, « sous le préfet Derache et le sous-préfet Kromwell. » La belle époque où l’on commençait à parler d’engagement fort de l’Etat avec la naissance des écoles des parents… qui furent ensuite délaissées pendant plusieurs années. Lorsque nous l’avons interrogé, il n’en disconvient pas, « les acteurs locaux avaient sans doute d’autres priorités comme le retour à l’emploi. Il a donc fallu ensuite trouver les moyens pour pérenniser les actions de lutte contre l’illettrisme. »

En 2011, la situation n’est pas meilleure, puisque la ministre des outre-mer de l’époque, Marie-Luce Penchard, déboule à Mayotte en interrogeant sur le taux d’illettrisme pour mettre en place une politique adaptée… Grand silence en retour. « Je me suis battu pour que l’INSEE chiffre l’ampleur des besoins », rapportait Hervé Fernandez ce vendredi matin dans son discours, « à Mayotte, la moitié des habitants a été scolarisée, et un tiers d’entre eux est en situation d’illettrisme. »

8 communes ont compris les enjeux

Classe de lutte contre l'illettrisme au collège de Doujani
Classe de lutte contre l’illettrisme au collège de Doujani

On parle en effet d’illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en français, n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture et de l’écriture dans la langue. La population en âge de travailler est touchée à 60% par des difficultés aux compétences de base, et ne comprennent donc pas des consignes simples. Un handicap qui explique aussi le niveau de chômage, et contre lequel il faudrait des moyens conséquents.

Car « derrière les chiffres, il y a des vies », souligne Hervé Fernandez qui rajoute que « 48% des jeunes de 16 à 24 ans sont touchés. On peut apprendre à l’école et perdre ses connaissances, et en avoir honte. »

Le Plan contre l’Illettrisme qui avait été mis en place, est resté somnolant, mais est en cours de réactivation avec la renaissance de la Plateforme permanente de lutte contre l’illettrisme, « nous en sommes à la phase de marché public, il y a une volonté politique forte », rassure-t-il. La Plateforme prendra en charge les parents, « avec les moyens de la politique de la Ville, ceux de la Dieccte et de 7 collectivités, Acoua, Chirongui, Dembéni, Mamoudzou, l’Intercommunalité de Petite Terre (Dzaoudzi et Pamandzi), Sada et Tsingoni. »

Chaque financeur achète des places de formation

Invité par Guy Fitzer lors des Journées dédiées à la politique de la Ville
Invité par Guy Fitzer lors des Journées dédiées à la politique de la Ville

Dans ces communes un formateur va assurer des rotations pour prendre en charge les parents, mais aussi tous les habitants qui le demandent. Ce redressement de situation on le doit au passage de la mission d’ingénierie de Florence Foury, « notre correspondante pour la Guyane. »

Le principe est simple : « Chaque financeur achète des places de formation, par exemple le CNFPT pour les agents des communes, le Pôle emploi pour les demandeurs d’emploi, ou OPACALIA pour les salariés. La mutualisation des fonds permet de faire intervenir les formateurs dans les communes, comme le veut notre devise ‘Réunir pour mieux agir’ ».

Un système qui a permis à l’illettrisme de reculer en métropole, « de 9% en 2004 à 7% en 2012. »

A Mayotte, presque tout est à bâtir pour la correspondante de l’ANLCI, Violaine Pauline Lempereur : « Il faut fédérer les grande associations, créer des partenariats avec la Ligue de l’enseignement », défend-il.

Le sous-préfet Guy Fitzer nous rejoint pour expliquer que l’aide à la parentalité et au soutien scolaire sera mise en place, « nous allons associer un professionnel à chaque association locale. Je compte demander des moyens supplémentaires pour cela. »

L’illettrisme ne doit pas être sous-estimée, et si elle manquait jusqu’à présent de moyens de l’Etat, peu de politiques locaux s’y engageaient à Mayotte. Huit communes sont partantes, des synergies ne peuvent que se créer.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139521
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139521
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139521
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139521
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139521
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139521
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...