24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 février 2023
AccueilorangeUn Schéma de l’enfance qui doit offrir des garanties à Paris

Un Schéma de l’enfance qui doit offrir des garanties à Paris

Issa Issa Abdou, à gauche, aux côtés de Michel Henry, Croix Rouge, et, à droite, Antoissi
Issa Issa Abdou, à gauche, aux côtés de Michel Henry, Croix Rouge, et, tout à droite, Antoissi Abdou-Lihariti

Jusqu’à présent, l’enfant a été le parent pauvre de la politique du conseil départemental. C’est du moins ce que pointaient du doigt les procureurs successifs, qui reprochaient, et reprochent encore, l’absence de signalement de mineurs en danger. La présidente du TGI Marie-Laure Piazza s’était même étonnée en 2014 : « Y-a-t-il un directeur de l’Aide sociale à l’Enfance à Mayotte ?! ».

Depuis, le nouvel exécutif a sollicité l’Inspection générale des Affaires sociales pour diagnostiquer les problèmes, n’a pas forcément tenu compte de tous ses avis en terme d’organigramme, mais en a tiré des pistes de travail. C’est en tout cas ce qu’expliquait Issa Issa Abdou, le 4ème vice-président du département, Chargé de l’Action sociale et de la Santé, en ouverture des ateliers du Schéma de l’enfance, devant les professionnels de la protection de l’enfance.

« Le rapport de l’IGAS nous a permis deux choses : solliciter un accompagnement de l’Etat qui s’et engagé sur un rattrapage de 42 millions d’euros et sur une compensation de 9,6M€ par an, et réorganiser nos services en deux directions, la Solidarité, et l’Enfance et Familles », expliquait l’élu. Qui rajoutait que le départ d’Alexandre Petit-Duport du poste de chargé de mission auprès de l’observatoire des mineurs isolés, devait être remplacé.

Un état des lieux plutôt désolant

Les acteurs de la protection de l'enfance
Les acteurs de la protection de l’enfance

 

Si presque tout ce que Mayotte connaît en protection de l’enfance, Protection judiciaire de la Jeunesse, MDPH, Croix Rouge, ACFAV, était réuni autour d’une table ce mercredi matin, c’est pour prendre des décisions sur la qualification du personnel de placement familial, et l’élargissement du dispositif, comme l’explique au JDM Antoissi Abdou-Lihariti, Directeur de la Protection de l’enfance.

« Nous en sommes à la 2ème génération du Schéma départemental de l’enfance, qui va courir de 2017 à 2021. Il faut donc dresser un bilan du précédent, faire un état des lieux, et choisir les orientations pour les 5 années à venir. C’est l’objet des ces ateliers, répondant aux 4 orientations. » Un état des lieux plutôt catastrophique de la situation des enfants, quelque soit leur statut, dans le département.

Le placement familial en est un, les trois autres portent sur l’importance de la prévention « qui doit être le pivot de la politique départementale de protection de l’enfance », la diversification des modes de prise en charge des enfants et l’efficacité des signalements de situations préoccupantes par des échanges améliorés entre la Cellule départementale de recueil et d’évaluation de l’information préoccupante (CRIP) et les autres partenaires.

Garantie sur l’attribution des fonds

Ce furent presque des embrassades entre Ericka Bareigts et Soibahadine Ramadani
Ericka Bareigts annonçait à Soibahadine Ramadani l’accompagnement de l’Etat

L’atelier du jour portait donc sur un domaine en cours d’évolution : le placement familial. « Jusqu’ici, les recrutements n’étaient pas rigoureux, les compétences demandées étaient empiriques », souligne Antoissi Abdou-Lihariti. Depuis plusieurs mois, les assistantes familiales se forment, et des recrues fraîchement diplômées ont été présentées à la presse.

Comme Issa Issa Abdou nous l’avait indiqué peu après son élections, le dispositif « Tiers digne de confiance », est étudié de prés : « Jusqu’à présent c’est une décision judiciaire, mais la loi du 14 mars 2016 permet au président du département de les désigner. »

Le vice-président du CD rappelle que ces ateliers vont être regardés par l’Etat comme un gage de bonne conduite : « Le gouvernement nous a demandé notamment la mise en place de ce Schéma, mais aussi la garantie que les fonds débloqués soient bien attribués à l’enfance, préoccupation que partage le Défenseur des droits. » Selon lui, l’OPEMA (Observatoire départemental de la protection de l’Enfance », qu’avait d’ailleurs mis en place son prédécesseur Jacques-Martial Henry, pourrait être le gestionnaire de ces fonds.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...