28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 25 avril 2024
AccueilEnvironnementLes restes d'une trentaine de tortues braconnées retrouvés sur l’îlot Mtsamboro

Les restes d'une trentaine de tortues braconnées retrouvés sur l’îlot Mtsamboro

Ilot-Mtsamboro: Les restes d'une trentaine de tortues braconnees rejetees au large (Photo: REMMAT)
Ilot-Mtsamboro: Les restes d’une trentaine de tortues braconnées rejetées au large (Photos: REMMAT)

L’année est presque terminée et c’est déjà l’heure du bilan sur le front du braconnage des tortues marines à Mayotte. Le réseau échouage mahorais de mammifères marins et de tortues marines (REMMAT) a déjà recensé 230 tortues mortes ou en détresse depuis le début de 2016 dont 80% pour cause de braconnage.

Ce dernier bilan a été établi après une nouvelle opération menée le 23 novembre dernier sur l’îlot Mtsamboro. Une vingtaine de membres du REMMAT, issus de 6 organismes (Lagon Aventure, la Brigade Nature de Mayotte, le Parc naturel marin de Mayotte, le Conseil Départemental de Mayotte, le Gépomay et l’association Oulanga Na Nyamba), ont inspecté l’ensemble des plages de l’îlot. «L’an dernier, on avait récolté 90 carapaces à la même période sur l’îlot. C’était un gros pourcentage des tortues braconnées à Mayotte. C’est la raison pour laquelle on a choisi d’y retourner», explique Marine Dedeken, animatrice du REMMAT.

La vingtaine de membres du REMMAT mobilisés pour l'opération sur l'îlot Mtsamboro
La vingtaine de membres du REMMAT mobilisés pour l’opération sur l’îlot Mtsamboro

Les restes retrouvés ont été comptabilisés et rejetés en mer. Au total, 26 carapaces de tortues vertes ont été découvertes ainsi que des ossements de 4 autres tortues. Le nombre est donc bien moins important que l’an dernier, mais cela ne signifie pas pour autant que la bataille contre le braconnage est en passe d’être gagnée. Car les braconniers semblent changer leurs pratiques.

Un braconnage en mer en partie invisible

«Ils se montrent de plus en plus discrets. On a par exemple retrouvé plusieurs ossements enterrés voire brûlés. Et parmi ces 30 tortues, la moitié correspond à des jeunes individus braconnés en mer. Ce n’est pas forcément quelque chose de nouveau mais c’est une pratique qui est plus difficile à repérer. Les braconniers ne viennent pas forcément les dépecer sur les plages et ne laissent donc pas toujours de traces. Ce braconnage en mer reste en partie invisible pour nous.»

Ce braconnage en mer se rajoute en effet à celui dont on parle plus régulièrement qui touche des tortues vertes adultes femelles, massacrées au moment où elles viennent pondre sur les plages. «Ce ne sont pas les mêmes populations qui sont visées par ces deux types de braconnages», précise Marine Dedeken.

Un état zéro

Des restes de tortues brûlés, signe que les braconniers font évoluer leurs pratiques (Photos: REMMAT)
Des restes de tortues brûlés, signe que les braconniers font évoluer leurs pratiques (Photos: REMMAT)

Sur l’îlot, l’opération poursuivait un objectif plus large que le simple comptage des animaux braconnés. Il s’agissait aussi de réaliser un «état zéro», une sorte de nettoyage complet pour faciliter le recensement des nouveaux cas de mortalité. «A partir du 23 novembre, on sait qu’il n’y a plus de carapaces sur l’îlot. Tout a été récolté et relargué au large. Tout ce qu’on pourrait être trouvé à partir de maintenant sera nouveau», précise Marine Dedeken.

L’îlot n’avait pas encore fait l’objet d’une telle opération cette année. Son isolement complique en effet la tâche de ceux qui luttent pour la préservation de notre patrimoine naturel. Il est plus simple pour eux d’intervenir sur les autres secteurs les plus touchés par le braconnage, comme les plages de Petite Terre, le nord-ouest de Grande Terre ainsi que les plages de la pointe Sud-est de l’île.

Pas encore assez de recul

Au fil du temps, les informations récoltées vont permettre de voir l’évolution, et peut-être, la disparition du braconnage. «Le REMMAT n’a été créé qu’en 2011, il faudra encore du temps pour disposer de suffisamment de recul pour évoquer une évolution. En 2015, nous avions 431 recensements. Actuellement, on en est donc à un nombre bien moins important, mais on ne peut pas dire si la différence est liée à un effort d’observation moins important, à l’évolution des techniques des braconniers ou à une réelle efficacité des moyens de lutte», souligne Marine Dedeken.

Une carapace de tortue sur une plage de l'îlot Mtsamboro, le 23 novembre dernier
Une carapace de tortue sur une plage de l’îlot Mtsamboro, le 23 novembre dernier (Photo: REMMAT)

Les données collectées sont tout de même de précieuses informations qui sont ensuite transmises aux acteurs en charge de la protection des tortues marines pour mieux cibler les missions de sensibilisation et de surveillance. Et vous aussi, vous pouvez prendre part à cette collecte d’informations. Si vous découvrez un animal mort ou blessé, alertez le réseau échouage au 0639.69.41.41.

Les tortues marines et les mammifères marins sont protégés par la loi. Les braconniers et les consommateurs de tortues marines risquent jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 150.000 euros d’amende. Sachez enfin que la chair des tortues peut par ailleurs être toxique et occasionner de graves conséquences sur la santé, voire la mort du consommateur.

RR
www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139117
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139117
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139117
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139117
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139117
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139117
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...