25.9 C
Dzaoudzi
dimanche 26 mai 2024
AccueilorangePour accoucher, les femmes souhaitent allier rituels et modernité

Pour accoucher, les femmes souhaitent allier rituels et modernité

Zakia Ahmed présentait une feuille de Mhono Boina, utilisée pour envelopper le placenta
Zakia Ahmed présentait une feuille de Mhono Boina, utilisée pour envelopper le placenta

La doctorante en Anthropologie à l’INALCO, Zakia Ahmed était plus à l’aise lors des échanges ultérieurs avec le public que lors du déroulé de son exposé. Il portait sur son étude depuis 2011 des départs de femmes mahoraises et comoriennes pour aller accoucher à La Réunion. « Elles ont entre 20 et 30 ans, ont déjà 3 à 5 enfants, et partent seules, soit en raison de difficultés conjugales, soit avec la belle famille, et ont un niveau scolaire bas ou inexistant », nous apprenait la chercheuse.

Et elles reviendraient ensuite à Mayotte. « Elles sont en quête de soins de médecine occidentale à La Réunion. Et en quête de sécurité des soins » Les cadres de santé, venues tout exprès dans la salle de cinéma Alpa Joe pour en savoir un peu plus sur les pratiques locales, auront été douchés à froid. « Ça pose un problème de la mauvaise représentation des conditions d’accouchement ici. J’ai accouché à Mayotte, et je recommencerai sans problème, il faut casser cette image négative », lançait une jeune femme.

Plus que la sécurité, il s’avérait au cours des échanges que c’est le confort qui était recherché par ces partantes, enceintes, à La Réunion.

Chouchoutée pendant 40 jours

Plusieurs réactions dans la salle
Plusieurs réactions dans la salle

La démarche ne devrait pas jouer en faveur de la pérennité des pratiques ancestrales, mais les herbes et huiles de massage suivent dans les glacières vers La Réunion, assure Zakia Ahmed. Il aurait été intéressant de connaître ces rituels mois par mois. On apprenait en particulier que les massages sont pratiqués sur les femmes du 3ème au 4ème mois de grossesse par les aînées, « pour relaxer le dos et les lombaires », et avant l’accouchement, elles doivent avaler un bol de lait sucré et un jus de feuilles d’orovéni.

Même spécificité pour le placenta qui est systématiquement enterré, « il est considéré comme le petit frère du bébé, et est enveloppé auparavant dans une feuille de Mhono Moina, appelé aussi ‘main de l’enfant’ ».

Lorsqu’elle a accouché, la femme est recluse pendant 40 jours avec son bébé, « on allume un feu sous son lit et celui du bébé, car on considère qu’ils ont perdu de l’énergie, donc de la chaleur ». Sauf pour les Ranguinalou, « des descendantes de malgaches, qui ont des interdits comme tout ce qui est chaud ».

Prières, massages, boissons chaudes… « Les femmes aiment enfanter ici, car c’est une période où l’on prend soin d’elles », conclut Zakia Ahmed.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...