28.9 C
Dzaoudzi
dimanche 3 mars 2024
AccueilorangeStructures hospitalières surchargées : l’urgence d’une annonce de la ministre Buzyn

Structures hospitalières surchargées : l’urgence d’une annonce de la ministre Buzyn

Le Centre Hospitalier de Mayotte
Le Centre Hospitalier de Mayotte

« Nous avons été sidérés quand on a entendu de la bouche de la conseillère de la ministre que Mayotte était leur priorité actuelle ! Serait-on enfin entendus ?! », s’écrie pleine d’espoir Rafza Youssouf Ali, représentante de l’intersyndicale.

Reçus vendredi matin avec ses collègues par la conseillère de la ministre des Solidarités et de la Santé, elle aura pu étaler la longue liste de revendications qui leur vaut d’avoir déposé un préavis de grève ce lundi 2 octobre. « Nous pointons du doigt une gratuité des soins qui s’est installée petit à petit, et qui impose maintenant plusieurs heures d’attente aux urgences pour se faire soigner. »

Equipements et avantages

Faute de solution immédiate, l’intersyndicale demande une prime de surcharge de travail, une indexation à 57% comme à La Réunion, une prise en charge de leur ancienneté à 100%, une égalité de traitement avec le Groupement Hospitalier de territoire (GHT), l’affiliation à la retraite de l’Ircantec et à la complémentaire retraite CGOS, le renfort des effectifs au CHM « dans le cadre des mesures actées par le ministère en mai 2016 où 114 postes avaient été prévus, ont commencé à être recrutés, nous dit-on, mais ils ne représentent qu’un tiers des besoins ! »

Manif en 2015 : "Bloc opératoire sans programmation, hôpital mort"
Manif en 2015 : “Bloc opératoire sans programmation, hôpital mort”

Au niveau des infrastructures, déficientes à Mayotte, les agents demandent la construction d’un Centre hospitalier Universitaire (CHU), et celle d’un nouveau bloc opératoire, promis depuis des années, et une maternité aux normes.

Leur interlocutrice « très à l’écoute de nos attentes », leur a indiqué avoir déjà relayé les engagements, et a assuré de la tenue régulière d’un comité de pilotage de ces demandes.

D’ici la fin de l’année

De son côté, Mansour Kamardine résume les axes de sa réponse écrite* à la ministre : « Quelles mesures l’État entend prendre d’ici la fin de l’année pour enclencher un rattrapage crédible de l’offre de soins ambulatoires et hospitaliers à Mayotte ? Selon quel calendrier ? Quelles modalités administratives locales et nationales, l’Etat compte-t-il mettre en œuvre pour examiner la possibilité de création d’une ARS à Mayotte dans les meilleurs délais ? »
Il précise qu’il ne reste qu’un délai de 2 semaines à la Ministre pour lui répondre, ayant déposé sa question le 15 août.

L’intersyndicale de son côté se réjouit que leur demande de rencontre avec la ministre ait été acceptée pour ce lundi « ce n’était pas prévu », à raison d’un représentant par syndicat. « Nous devrions avoir des réponses à l’issue », espère-t-elle. Le mouvement de grève pourrait être reconduit en fonction.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

* Question n° 739 : déposée au Journal Officiel du 15/08/17
Sécurité des biens et des personnes
Alerte sur la santé à Mayotte – Demande ARS spécifique – Calendrier rattrapage
M. Mansour Kamardine interroge Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’accès aux soins et l’administration de la santé à Mayotte. Avec plus de trois fois moins de médecins par habitant que la moyenne nationale, vingt-cinq fois moins pour ce qui concerne les médecins libéraux, avec un seul centre hospitalier pour deux cent trente mille habitant, avec plus de quatre fois moins de spécialités médicales et chirurgicales que la moyenne en métropole, avec seulement cinq médecins spécialistes hors gynécologues obstétriciens pour l’ensemble du département, avec plus de quatre fois moins de pharmacies par habitant que la moyenne nationale, Mayotte est le plus grand désert médical de France. Les statistiques de l’Agence régionale de santé de l’Océan Indien (ARS OI) sont sans appel : les ruptures de parcours de soins sont multiples, les structures sont surchargées dans des proportions inégalées et les personnels de santé sont en sous effectifs notables et en sur-mobilisation établie, dans tous les domaines. S’ajoute à cette situation la croissance démographique la plus forte de France et l’absence de couverture santé pour plus de quarante pour cent de la population résidant à Mayotte. En effet, plus de la moitié des habitants sont de nationalité étrangère dont quatre-vingt pour cent en infraction avec la législation sur le droit de séjour. Enfin, l’ARS OI est basée à la Réunion et doit assurer le suivi sur cette seule île de cinq hôpitaux dont un CHU, ce qui limite la prise en compte des spécificités de la situation et des besoins en matière de santé de Mayotte. Pourtant, ses spécificités, tant en termes de besoins, de parcours, de structures, d’administration, de démographie, d’éloignement et de situation en matière de couverture maladie nécessitent une prise en compte, une stratégie et des moyens adaptés. Aussi, il lui demande quelles mesures l’État entend prendre d’ici la fin de l’année pour enclencher un rattrapage crédible de l’offre de soins ambulatoires et hospitaliers à Mayotte. Il lui demande également selon quel calendrier et quelles modalités administratives locales et nationales, elle compte mettre en œuvre pour examiner la possibilité de création d’une ARS à Mayotte dans les meilleurs délais

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139512
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139512
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139512
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139512
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139512
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139512
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...