27.9 C
Dzaoudzi
mercredi 28 février 2024
AccueilorangeCode du travail appliqué à Mayotte : menace de blocage du tribunal...

Code du travail appliqué à Mayotte : menace de blocage du tribunal du travail

Échanges ce mercredi matin à la Dieccte
Échanges ce mercredi matin à la Dieccte

La Commission Consultative du Travail (CCT) sur la présentation du nouveau projet d’ordonnance d’adaptation à Mayotte du code du travail se tenait en présence du président du Medef, des secrétaires départementaux de la CGT Ma, de l’UD FO, de la CFE CGC et d’un représentant de la CFDT.

Plusieurs thèmes forts ont été abordés. Le plus spectaculaire est sans doute l’action commune aux patrons et syndicats pour revendiquer la mise en place du Conseil des prud’hommes au 1er janvier 2018 : « Les partenaires sociaux ne désigneront plus d’assesseurs au tribunal du Travail », lâche El Hanziz Hamidou, secrétaire départemental de FO. Une décision que confirme Thierry Galarme, président du Medef Mayotte : « La Dieccte nous explique que nous ne sommes pas compétents pour siéger en conseil des prud’hommes, et qu’il faut auparavant former nos délégués. Or, ils siègent déjà comme assesseurs au tribunal du Travail. » Donc, ils vont boycotter.

Des 35 heures « mal compensées »

Thierry Galarme
Thierry Galarme

De son côté, Alain Gueydan évoque un autre problème, celui de la représentativité des partenaires sociaux : « Les élections des PME ont permis de donner des éléments objectifs de désignation des délégués aux prud’hommes pour les syndicats de salariés, mais pour le patronat, aucune élection ne s’est tenue. » Il évoque les avis favorable du gouvernement et du conseil supérieur des prud’hommes pour une mise en place en 2022. Va-t-on vers un blocage de fonctionnement du tribunal du Travail au 1er janvier ? « Tant pis, il fonctionnera en tribunal de droit commun ! », lance El-Hanziz Hamidou qui dénonce une volonté gouvernementale de ne pas donner les moyens nécessaires à la justice, notamment pour former ces délégués.

Autre point de déception pour le Medef, la compensation insuffisante du passage aux 35h payées 39h : « A la proposition de la ministre des Outre-mer de 1.400 euros annuels par salarié, nous avons réclamé 2.000 euros, plus proches de la réalité. » La compensation est allouée l’année n+1 aux entreprises volontaires pour passer aux 35h et qui sont à jour de leurs obligations sociales et fiscales, « beaucoup ne le sont pas ».

Partenaires particuliers

Les doutes d'El Hanziz Hamidou
El Hanziz Hamidou

Beaucoup de mesures sont à mettre en place, et le temps est bien court pour Thierry Galarme, « il est illusoire de penser que nous pourrons signer des conventions collectives entre le 1er janvier et le 30 juin 2018 quand il faut la plupart du temps en référer aux branches nationales, il a fallu 18 mois pour l’eau et l’assainissement. »

Le directeur de la Dieccte évoque lui aussi un timing serré, « notamment pour les délais de mise en œuvre et de financement ». Il va falloir créer un OPCA pour que la perception de la taxe d’apprentissage ne se fasse plus par le même organisme que celle de la taxe professionnelle. Une Caisse des Congés payés doit également être installée pour 3 secteurs, le BTP, les transports et les dockers.

Beaucoup d’avancées, notamment dans la formation professionnelle, ne seront concrétisées qu’après entente entre les partenaires sociaux, une « gestion paritaire » que la Dieccte demande depuis plusieurs mois. El-Hanziz Hamidou évoque « une concertation en cours pour évoluer vers un CREFOP », un Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles, qui existerait déjà à Mayotte sous une forme minimaliste, regroupant l’Etat, le conseil départemental et les organisations syndicales et patronales, et la création d’un COPAREF, Comité Paritaire Interprofessionnel Régional pour l’Emploi et la Formation Professionnelle.

Thierry Galarme n’évoque aucune avancée sur ce sujet, « concrètement, la Dieccte ou le préfet vont désigner des représentants pour ces deux organismes. »

Dieccte comme partenaires sociaux sont d’accord sur un point, « le temps est compté », et si les tensions sont apaisées, les désaccords perdurent. La suite en audience du tribunal du travail en janvier 2018…

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...