23.9 C
Dzaoudzi
lundi 22 juillet 2024
AccueilorangeLa CGT BTP à Mayotte « pour comprendre les blocages du dialogue...

La CGT BTP à Mayotte « pour comprendre les blocages du dialogue social dans les grands groupes »

Une délégation de la CGT BTP est à Mayotte pour deux jours. Après avoir formé les représentants du personnel de la Réunion au dialogue social, ils viennent surtout pour prendre la température des revendications à Mayotte. Et elles sont nombreuses.

Nous arrivons dans une pièce où se tient un débat sur les acquis sociaux à la Colas Mayotte : une prime journalière de transport de 3,40 euros, des tickets restaurant de 8,60 euros pris en charge à 60% par l’employeur, le 13ème mois, Serge Plechot, Secrétaire général de la CGT Construction, Bois et Ameublement, est surtout là pour écouter, et assurer un rôle de veille syndicale, « c’est plutôt rare qu’un secrétaire général de Fédération vienne à Mayotte. Or, c’est un département à part entière de France ». Il est arrivé depuis 2 heures ce lundi, en compagnie des réunionnais Raymond Payet, CGT Vinci construction DOM, et de Jacky Balmine, Secrétaire CGT BTP Réunion.

Un de ses objectifs est de voir ce qui coince ici dans le dialogue social, « ils ont une forte capacité à mobiliser, contrairement à la métropole. Quand les syndicalistes montent au créneau, ils savent se faire entendre », même si Serge Plechot en convient, la longueur des conflits animés par la CGT a fait souffrir le salariat.

En cause selon lui, le fonctionnement des grands majors français ici, tel que Bouygues ou Vinci, « nous sommes venus voir s’il y a le même dialogue social qu’en métropole ». Et s’ils sont là, c’est que les remontées les incitent à répondre par la négative : « Le patronat ici a conservé un esprit colonialiste. Nous avons remarqué que certains dirigeants qui étaient en métropole n’ont pas le même comportement une fois à Mayotte. »

Des baronnies internes

Accueillis au siège de la CGT Mayotte

Un phénomène que lui et les militants locaux expliquent : « Ce ne sont pas forcément les dirigeants qui font la politique sociale de l’entreprise, ce sont la plupart du temps des chefaillons qui sont depuis longtemps à Mayotte, et qui n’ont pas cette culture du dialogue social ».

A la question de savoir s’ils ont sollicité le Medef pour une rencontre, Serge Plechot répond qu’il n’y a pas de raison que ses représentants soient différents ici qu’en métropole, « nous préférons travailler pour renforcer nos forces en interne à la CGT ». Alors, un regain de tensions sociales à prévoir ? « Oui, si nous n’y arrivons pas par le dialogue ».

Il faut dire que les dossiers ne manquent pas à Mayotte. L’application du code du Travail notamment, « en 2022, alors que c’est un département français ! » Lorsqu’on évoque la difficulté d’augmenter d’un coup d’un seul les cotisations sociales, le syndicaliste répond qu’il s’agit surtout pour le patronat de ne pas relever les cotisations patronales, « les salariés sont d’accord pour cotiser plus pour obtenir des avancées sociales. » Mais le frein incompréhensible reste l’application du code de la Sécurité sociale, qui revient à ne pas financer les avancées sociales, comme le congé paternité par exemple.

Autres revendications, la mise en place des Prud’hommes, et le relèvement du plafond pour les retraites, qui restent à 400 euros environ, à Mayotte. Une misère.

Serge Plechot assure les militants locaux des remontées de ces retards à la Convention collective nationale.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139508
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139508
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139508
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139508
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139508
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139508
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...