23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 24 juillet 2024
AccueilorangeOpération de lutte contre les raccordements électriques illégaux menée par EDM

Opération de lutte contre les raccordements électriques illégaux menée par EDM

A 7 heures ce jeudi matin, des agents d’Electricité De Mayotte investissaient le quartier Mbaraze de Kavani sud. Pour y mener une opération anti-rétrocession d’électricité. Si Nassim Saïd, responsable de l’opération, est rompu à l’exercice, « nous en effectuons une par mois », il est confronté à la fois à des branchements fantaisistes, la plupart du temps dangereux, mais aussi à la réalité des occupants des ces habitats illégaux, que les coupures d’électricité plongent dans le néant dans tous les sens du terme.

Accompagné d’un agent ganté, Nassim Saïd parcourt un à un les compteurs pirates de la voie principale de ce quartier de banga qu’est Mbaraze, sur les hauteurs de Mtsapéré-Kavani : « La ville de Mamoudzou veut mener un peu partout une lutte contre l’habitat indigne, ce qui coïncide avec notre volonté de lutter contre les branchements dangereux, et contre la rétrocession d’électricité, illégale ». Au-dessus de nos têtes, de vraies toiles d’araignées de fils qui se croisent, puis s’élancent à l’infini vers les coteaux voisins.

Sur l’un des compteurs, des traces d’incendie, « et sur cet autre, partent plusieurs lignes qui alimentent différents bangas, dont ceux que l’on aperçoit de l’autre côté de la vallée, arborant des antennes parabolique. Certains peuvent avoir 15 dominos qui mal protégés des intempéries, peuvent causer des courts-circuits », que la tôle va rapidement propager. C’est d’ailleurs ce qu’il explique à une maman venue demander des explications, une petite fille dans ses jupes.

Menaces de mort

Nassim Saïd constate les multiples branchements: à droite, le fil part vers l’autre coteau

Si les habitants du quartier regardaient de loin avant notre arrivée, ils se rapprochent et nous interpellent sur l’opération, « pourquoi EDM ne nous a pas prévenus avant ? C’est pas humain, certains habitent ici depuis 15 ans, et nous avons plein d’aliments dans notre congélateur, on va faire quoi avec ?! » Nassim Saïd s’explique posément face à eux : « Quand nous sommes venus en repérage la semaine dernière, nous avons demandé à voir les propriétaires de ces lignes, personne ne s’est présenté ». Un homme veut nous montrer ses jambes, bandées, « j’ai une drépanocytose », nous explique-t-il en assurant avoir besoin de stocker des médicaments dans son réfrigérateur.

Mais il n’est pas titulaire d’un compteur, « il m’a assuré qu’il avait une carte de séjour, mais sans avoir entrepris de démarches pour obtenir un compteur. Je leur explique qu’ils peuvent aller chez EDM pour demander une mise en conformité de leurs installations, avec passage du Consuel. »

Ce sont 35 compteurs qui seront coupés, pour seulement deux abonnés recensés, « leurs factures bimestrielles oscillent entre 250 et 800 euros. Or, un banga moyen consomme environ 20 euros, il y a donc rétrocession, peut-être même, avec un bénéfice. Dans un autre quartier, le titulaire du compteur qui voulait se mettre aux normes en débranchant toutes les lignes, a reçu des menaces de mort de la part des bangas alentours. »

Sans électricité ni eau courante

Discussion avec les habitants du quartier

Une case reste inaccessible, un cadenas tout neuf est posé sur la porte, « mais il va bien falloir qu’on y accède, car sinon, ils vont tous essayer de se brancher sur la dernière habitation a avoir le courant », explique Nassim Saïd.

Ces opérations anti-rétrocession sont menées en continu, « par les agents lorsqu’ils sont appelés sur une intervention. Ils commencent par avertir lors de branchements dangereux ou illégaux, puis verbalisent au besoin. » A la suite des grosses opérations comme celle-ci, menées chaque mois, les occupants des cases ne partent pas pour autant, malgré des conditions de vie très dégradées, par l’absence d’électricité qui se rajoute à celle de l’eau courante, et donc, d’assainissement. « Il arrive qu’un habitant puisse prétendre au rebranchement, s’il est dans les règles, il est alors prévenu qu’en cas de récidive de rétrocession, nous déposerons plainte. »

Les femmes vont chercher l’eau à la borne-fontaine

Pour que l’opération porte se fruits, il faudrait « une action conjointe avec les services de l’Etat et la mairie », pour détruire ces zones d’habitats très insalubres, ce sera bientôt possible avec la loi ELAN, et proposer des relogements pour ceux qui peuvent y prétendre.

Anne Perzo-Lafond
Lejournaldemayotte.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...