23.9 C
Dzaoudzi
mercredi 24 juillet 2024
AccueilorangeLe Grand Cadi prend sa retraite, départ d'un "rempart contre la radicalisation"

Le Grand Cadi prend sa retraite, départ d'un "rempart contre la radicalisation"

Le départ à la retraite du Grand Cadi Nourdine Bacar a été célébré ce jeudi à la case Rocher, à Dzaoudzi. L'occasion d'une prière, insolite dans les locaux de l'Etat, mais pas incompatible avec la laïcité.

Nourdine Bacar s’en va. Pour le Grand Cadi, l’heure de la retraite a sonné après 27 ans au service de la société mahoraise. Autorité religieuse, mais aussi médiateur et socle moral pour plusieurs générations, il aura su nouer des liens forts avec les institutions républicaines, voire générer un modèle de laïcité dans lequel Etat et islam sont restés main dans la main avec une totale confiance.

“J’ai souhaité saluer l’action du Grand Cadi pendant 27 ans, qui a aidé à souder la société mahoraise, ainsi que son action résolue pour la jeunesse et contre la délinquance, commente le préfet Dominique Sorain. La société est ici à 98% musulmane, ça fait partie de sa culture. Il est normal que l’Etat travaille avec ceux qui jouent ce rôle. C’est à la fois très positif et assez exceptionnel dans notre pays. Cette structuration a joué son rôle, on a une majorité de musulmans et très peu de radicalisation, contrairement à d’autres territoires.” Pour lui, la prière lors de cérémonies “fait partie des traditions, c’est une spécificité de Mayotte. Je suis très engagé personnellement dans la laïcité, et la laïcité ce n’est pas l’absence de religion. La laïcité, c’est le fait que chacun soit à sa place. La préfecture n’est pas un lieu de culte, et la laïcité n’est pas remise en cause”.

Le préfet et le grand cadi à la case Rocher

Pour le président du tribunal de grande instance Laurent Sabatier, les Cadis sont “un rempart contre la radicalisation”.
Préfet et magistrat ont été salués par le jeune retraité qui a vanté le partenariat noué avec les deux fonctionnaires d’Etat, et souhaité que ses successeurs poursuivent sur le même chemin. La phrase forte de son discours prononcé en shimaoré, qui illustre les relations nouées avec les autorités restera “préfet ani ono amba wami mwana dam”, en français “le préfet m’a toujours traité comme son égal”.

Y.D.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139520
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139520
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139520
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139520
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139520
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139520
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...