28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilorangeRétrospective 2018 : Le JDM vous souhaite une bonne année...

Rétrospective 2018 [1/2] : Le JDM vous souhaite une bonne année 2019 !

Janvier :

Annick Girardin lors de sa venue mi mai à Mayotte

L’année commence sur une note positive. Lors de ses vœux 2018, la ministre des Outre-mer, Annick Giradin a prôné « qu’il serait pertinent de mettre en avant les solutions et innovations ultramarines qui peuvent inspirer la métropole. »
Mayotte a accompli sa mission avec brio, les gilets jaunes mahorais ayant fait parler d’eux bien avant leurs comparses métropolitains et réunionnais.
Février :
Un groupe de “gilets jaunes” à Kawéni

Les gilets jaunes mahorais sont nés de l’insécurité présente dans le 101e département français. Plusieurs manifestations ont émaillé le mois de févier conduisant peu à peu à de nombreux blocages.
 
 
Mars :
Un barrage pointe de Koungou

Suite à des scènes de violences sur les barrages ou encore aux blocages mortels de transports sanitaires, nous nous posions la question de la suspension du mouvement.
 
 
 
Avril :
Fait de société ou fait de délinquance ?  Au tribunal correctionnel, un homme français est condamné à 1 an de prison avec sursis  pour reconnaissance frauduleuse de paternité.
 
 
Mai :
Le dernier séisme de l’année a été localisé à seulement 18 km de Mamoudzou

Il y a un avant et un après. Depuis mai 2018 Mayotte est passée en mode vibreur. On ne connaissait pas le terme avant cette date, mais « l’essaim de séismes » a fait une entrée fracassante dans le top 5 des conversations d’attente à la barge.
L’origine volcanique du phénomène semble aujourd’hui la plus plausible.
En cette fin d’année 2018, les tremblements de terre n’ont pas dit leur dernier mot. Un séisme d’une magnitude de 4,7 sur l’échelle de Richter a été enregistré dans la nuit du 30 décembre à 2h22.
Juin :
Thani Mohamed Soilihi lors de sa défense des amendements en juin 2018

Durant les débats sur la « loi asile immigration », Mayotte a beaucoup fait parler d’elle par le truchement du sénateur Thani Mohamed Soihlihi. L’élu LREM a obtenu en juin 2018 l’aval du Conseil d’État pour la modification de l’accès à la nationalité française par le droit du sol à Mayotte.
La loi n° 2018-778 du 10 septembre 2018 pour une « immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie », dite « loi asile immigration » a été promulguée le 11 septembre dernier.
 

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139508
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139508
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139508
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139508
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139508
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139508
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...