29.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
AccueilorangeLes habitants vont sentir passer l’action sociale avec le partenariat département-CCAS

Les habitants vont sentir passer l’action sociale avec le partenariat département-CCAS

Partie de zéro il y a 5 ans, l’action sociale déroule ses actions comme une pelote de laine. Avec Issa Issa Abdou aux manettes, un grand pas va être franchi ce vendredi grâce aux signatures de 17 conventions avec les Centres communaux d’action sociale (CCAS) des communes de l’île.

Certains CCAS ont été créés il y a peu de temps, d’autres sont installés, « nous allons leur permettre de monter en puissance en portant l’action sociale au plus prés des Mahorais », nous explique le 4ème vice-président Chargé de l’action sociale et la santé.

Il fallait donc ce relais qu’est le CCAS, dont le rôle est de venir en aide aux personnes les plus  fragiles. Ainsi, les CCAS sont destinés à lutter contre l’exclusion, à accompagner les personnes âgées, à soutenir les personnes souffrant de handicap et à gérer différentes structures destinées aux enfants.

Avec cette signature, les CCAS feront remonter les besoins du territoire, et le département mettra des moyens pour les satisfaire. Autour d’un tronc commun, à trois branches. Primo, le conseil départemental mettra à disposition un de ses agents dans chacun des CCAS, pour le montage des dossiers, les remontées de situations difficiles « notamment concernant les mineurs isolés dans l’esprit d’un maillage territorial. Les cadis pourront aussi être intégrés. »

Secundo, « en compensation de leurs investissements passés, nous leur allouerons la somme symbolique de 2.000 euros. Charge ensuite à eux de développer un dynamisme qui nous incitera à faire monter cette somme en puissance ».

Tertio, des emplois aidés seront également mis à disposition, pour tous les besoins du CCAS.

« Ça ne tombera pas du ciel ! »

Issa Abdou: “L’action sociale va monter en puissance grâce à ce partenariat avec les CCAS”

Pour la suite, les services de l’action sociale du département vont apprendre en marchant, « l’analyse des besoins sociaux nous fera remonter les besoins précis auxquels nous nous adapterons. » Cette signature vendredi est un acte important de la mandature, informe Issa Abdou, « nous sommes dans le domaine du droit commun, mais sans travail efficace avec les communes, ça ne tombera pas du ciel. »

Ces centres communaux sont un toit idéal pour abriter tout un tas de services à la personne, « notamment les antennes du Centre départemental d’accès aux droits », que le département finance à hauteur de 40.000 euros, à montant égal avec l’Etat.

Revenant sur les dernières avancées de partenariats régionaux, Issa Abdou révèle les objectifs réels poursuivis. Pour commencer sur la convention signée avec Cyrille Melchior, président du conseil départemental de La Réunion : « Nous devons former nos agents sur les questions de l’intérêt supérieur de l’enfant, mais aussi sur le plan juridique. » On se souvient que le président du département mahorais avait interpellé le président Macron sur la convergence des droits sociaux à Mayotte, encore à la moitié du niveau métropolitain, décidé qu’il est d’en avancer l’échéance, décrétée pour l’instant en 2036. « Mais auparavant, nous devons être au point sur la législation en cours ».

La convention signée entre le département de Mayotte et la commune de Saint André

Si de ce partenariat qui se veut gagnant-gagnant, Mayotte sort son épingle du jeu, l’élu nous assure que nos pratiques locales intéressent aussi les réunionnais, « comme notre aide au transport mortuaire pour des familles délocalisées, ou notre accompagnement des personnes âgées. Mieux, jusqu’en métropole on commence à regarder de prés notre musada, cette entraide financière qui nous est innée, et qui ne faillit pas. »

Idem, la convention signée avec Jean-Claude Virapoullé, maire de la commune de Saint-André (La Réunion), doit faciliter le travail et le partage d’informations sur les conditions de vie des familles, « mais surtout, nous informons de notre combat pour la convergence des droits sociaux, qui endiguera les départs de Mayotte lorsque nous l’aurons. En attendant, je suis toujours épaté par le travail du tissu associatif là-bas. »

La signature se fera en présence d’Anchya Bamana, la maire de Sada et présidente de l’Union Départementale des CCAS.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...