31.9 C
Dzaoudzi
samedi 13 avril 2024
AccueilEconomiePetits compléments d’enquête sur les annonces d’Emmanuel Macron

Petits compléments d’enquête sur les annonces d’Emmanuel Macron

Une journée qui a commencé à 10h et s’est terminée à minuit, des annonces, certaines claires, d’autres qui ont laissé l’auditoire du président de la République sur sa faim, une conférence de presse qui aurait du permettre de clarifier tout ça, mais au cours de laquelle les journalistes locaux ont du jouer des coudes pour tenter de reléguer les sujets revendiqués par les médias nationaux au second plan, voilà qui appelle quelques éclaircissements.

La piste longue, ok, on sait déjà que le plus long, ce sera les études de faisabilité et les études environnementales. Les 800 salles de classe, c’est bon, on sait que cela correspond aux besoins actuels, qu’ils vont aller grandissant, et qu’il en faudrait donc davantage, mais c’est une bonne base. Mais quid du port ou du deuxième hôpital sur lesquels le chef de l’Etat a donné peu de précisions ?

« L’Etat entrera dans la gouvernance du port avec comme objectif un bon fonctionnement de la Délégation de Service Public », a indiqué Emmanuel Macron. On se souvient que lors du Grand Débat à l’Elysée, il avait été interpellé sur ce point par le président du Département, et qu’il avait demandé de régler les contentieux encours. Ils perdurent entre le conseil départemental et sa délégataire, Mayotte Channel Gateway. « Entrer dans la gouvernance du port », cela pourrait signifier une évolution en deux étapes, selon un des connaisseurs du dossier. « Les parties pourraient envisager une rupture anticipée de la DSP, et dans ce cas, il faut évaluer l’indemnisation du délégataire, et parvenir à un accord avec lui. » C’est ce processus qui pourrait être enclenché, « avant pourquoi pas, l’évolution vers un Grand Port maritime », nous explique toujours notre interlocuteur.

Un deuxième hôpital ?

L’offre hospitalière à Mayotte (STATISS 2017)

« Nous avons 170 millions d’euros pour étendre ou construire un deuxième hôpital pour répondre aux défis de santé. » Le président évoquait-il l’hôpital de Petite Terre, bientôt « inaugurable » ? ! Pas du tout. Les parutions de STATISS (STATistiques et Indicateurs de la Santé et du Social) redessine année après année la même carte du déficit en établissements de santé à Mayotte, un seul Centre hospitalier (CHM) et 4 centres de référence, contre 9 centres hospitaliers à La Réunion, et 15 établissements sanitaires.

Pour Mayotte, deux hypothèses avaient été émises, soit l’extension du site du CHM, soit un deuxième hôpital, avec deux lieux possibles, à Doujani ou à Combani, où 10 hectares seraient libérables, dans un esprit de décentralisation, sur un territoire où le réseau routier est retreint. Si l’extension du CHM a été privilégiée jusqu’à présent, avec foncier libéré par le tribunal, il semble que la discussion soit rouverte sur la décentralisation possible et la construction d’un second établissement. Ce qui éclaire sur la déclaration du président.

La retraite à 1.000 euros, c’est pour quand ?

Annonce de l’alignement des petites retraites à Mamoudzou

En matière de convergence des droits, Emmanuel Macron a évoqué l’alignement pour les petites retraites et pour les personnes touchées par le handicap. Ce sera non seulement une bouffée d’air pour les personnes concernées, mais la hausse des minimas sociaux est aussi une arme contre le recours au travail illégal, moins onéreux. Si l’espoir des élus de décrocher une adaptation totale de la réforme  sur le minimum retraite à 1.000 euros est à portée de main, il va falloir argumenter et se battre pour l’obtenir.

Une rénovation urbaine de longue haleine sans compétence

Autre sujet, l’éradication des logements insalubre sur un territoire où 4 habitats sur dix sont en tôle. « En ce qui concerne la rénovation urbaine et l’habitat, 220 millions d’euros sont débloqués pour ce secteur », explique le président Macron. Rien de nouveau, les opérations sont déjà en cours, par contre, un obstacle doit être franchi, « celui du manque d’ingénierie publique sur le terrain. Il concerne à la fois les élus et l’Etat. » Nous avons interrogé Olivier Klein, président de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU), qui fait partie de la délégation présidentielle : « L’ANRU va envoyer des missions d’appui aux communes, et va travailler de concert avec l’Agence Française de développement pour mener à bien les projets. » L’ANRU qui souhaite « faire avec » les collectivités, et non pas « à la place ».

Mais que faire de l’ilot Mtsamboro ?

Emmanuel Macron passe en revue les troupes de l’opération Shikandra

Enfin, évoquons la lutte contre l’immigration clandestine, puisque ce fut THE sujet de la visite présidentielle, abordé volontairement à Mtsamboro. Les arrivées se font par son îlot, sur lequel l’hypothèse d’une base militaire durable avait été évoquée. Un sujet sur lequel les forces armées sont frileuses, étant conçues pour mener des guerres, non pour les opérations de sécurité civile. Elles ont été draguées par l’opération Shikandra parce que annoncée comme civilo-militaire, calquée sur le plan Harpie de Guyane. Mais ce serait la limite de ce qu’elles peuvent donner.

Les gendarmes auraient par contre le profil pour, nous avons donc interrogé le général Philippe Leclercq, commandant de la gendarmerie à Mayotte : « Nous menons régulièrement des opérations sur l’ilot Mtsamboro, mais nous avons aussi comme mission la lutte contre l’insécurité. D’autre part, l’opération Shikandra vise valoriser l’îlot Mtsamboro. » Il s’agit d’en faire un havre de paix, avec infrastructures touristiques, pontons de plaisance, etc., pour que les agriculteurs sur place trouvent leur bénéfice dans la vente de leurs produits et ne soient pas tentés par une activité de passeurs lors d’arrivées de kwassas.

Ce que l’on peut retenir des annonces présidentielles, c’est qu’il est possible d’en tirer le meilleur, à condition de défendre les dossiers mordicus comme savent le faire les autres DOM.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...