30.9 C
Dzaoudzi
lundi 22 avril 2024
AccueilorangeLes gendarmes désormais installés à Dembéni

Les gendarmes désormais installés à Dembéni

"Nous sommes enfin dans notre zone de compétence" salue le général Leclercq en inaugurant la brigade de Dembéni. Jusqu'à présent, la caserne de gendarmerie la plus proche était à Mamoudzou... en zone police.

Un an après Koungou, Dembéni a enfin sa caserne de gendarmerie rien qu’à elle. Cette nouvelle “brigade autonome” a été créée pour rapprocher le service public de sécurité des habitants. Les locaux ont été inaugurés ce jeudi, dans le bâtiment qui jadis accueillait le Parc Marin. En s’installant à Iloni, non loin de l’hôtel Sakouli qui héberge des gendarmes mobiles, mais surtout à proximité des établissements scolaires, la gendarmerie se met “en cohérence avec sa zone de compétence” salue le général Philippe Leclercq, commandant de la gendarmerie de Mayotte. Pour lui, cette inauguration “signe l’enracinement de l’institution (de gendarmerie) dans le territoire français”.

Elle met aussi fin à un non-sens territorial qui perdurait depuis trop longtemps. Jusqu’aux engagements du plan de convergence, les gendarmes étaient installés à Mamoudzou à côté de la mairie. C’est de là qu’ils devaient recevoir les plaintes et envoyer leurs patrouilles de Longoni jusqu’aux portes de Bandrélé. Désormais, Koungou et Dembéni ont leur propre gendarmerie, ce qui permettra aux militaires de remplir leur mission de police de proximité du quotidien.

Quant à la gendarmerie sise à Mamoudzou, elle a encore de beaux jours devant elle, grâce à une réorganisation des services. “La brigade de Mamoudzou ne s’appellera plus brigade, confirme le général. Elle était inadaptée car elle exerçait ses compétences à Koungou au nord et à Dembéni au sud”. Les locaux accueilleront désormais la section de recherche, le groupe d’enquête de la gendarmerie, qui sont pour l’heure installés en Petite Terre dans des locaux de la préfecture. Des gendarmes mobiles resteront en revanche à Mamoudzou puisque ces unités sont compétentes sur tout le territoire de Mayotte et peuvent être amenées à intervenir en renfort de la police nationale.

Un projet attendu par la commune

Coupure du ruban par le préfet de Mayotte

Cette installation était “attendue depuis trois ans à peu près” rappelle Ambdi Hamada, maire de Dembéni. “L’urgence a fait que l’Etat succède au Parc Marin dans ce bâtiment” note-t-il. Et de faire le vœu d’un travail en commun pour mettre un terme aux actes de délinquance, notamment à proximité des établissements scolaires. “Avec la police municipale, nous allons travailler ensemble, mais aussi avec les familles. Nous allons exiger que la population travaille avec la gendarmerie pour dénoncer ceux qui font du mal aux autres”.

C’est d’ailleurs un des grands enjeux de ce rapprochement au plus près de la population. En s’implantant à Koungou et Dembéni, la gendarmerie espère nouer des liens humains et s’en trouver mieux informée. Elle espère aussi que les habitants, libérés de la longue route qui les séparait de Mamoudzou seront plus enclins à porter plainte. Ce qui, mécaniquement, devrait “faire augmenter les chiffres de la délinquance” prévoit le général Leclercq.

Le maire de Dembéni et le général de gendarmerie

Les prochains gardés à vue de ces locaux rénovés pourraient bien être liés aux événements  récents. “Nous progressions très vite sur la tentative d’homicide” d’un candidat aux municipales, indique le général, même s’il n’y a pas encore eu d’interpellation, cette agression serait bêtement liée aux rivalités entre bandes. “Il est passé au mauvais moment au mauvais endroit” déplore l’officier. Il n’y a pas non plus encore eu d’interpellations concernant les violences autour du lycée de Tsararano “mais j’ai la quasi certitude que ça ne tardera pas” confie également le chef des gendarmes.

La prochaine étape dans la zone sera l’installation d’un “cantonnement de gendarmes mobiles”, afin là encore d’offrir aux habitants une réponse opérationnelle la plus rapide et efficace possible.

Y.D.

12 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...