27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 30 mai 2024
AccueilorangeDélinquance : « Des bleus dans la rue »… un postulat toujours d’actualité

Délinquance : « Des bleus dans la rue »… un postulat toujours d’actualité

En 2017, comme un indicateur des grandes manifestations sur l’insécurité qui allaient déclencher l’année suivante, le procureur Joël Garrigue avaient appelé au renforcement des forces de police et de gendarmerie à Mayotte. Le député Kamardine monte le ton ce jeudi dans le Figaro.

Deux ans seulement après les grandes manifestations contre l’insécurité, une partie du territoire est à nouveau touchée par ce fléau. Des bandes de jeunes ont caillassé les automobilistes trois jours durant la semaine dernière du côté de Majicavo Koropa.

En janvier 2017, le procureur de Mayotte Joël Garrigue, avait lâché au cours d’une réunion Sécurité à destination des journalistes : « Pour protéger les gens, il faut mettre des bleus dans la rue ». Se justifiant, « dans les zones où les forces de l’ordre ont assuré une présence renforcée, on a assisté à un tassement de la délinquance ces derniers mois. »

Cette réponse est doublement cruciale avait sans doute analysé le procureur. Car en laissant le champ libre aux bandes de jeunes, on prend le risque que des habitants excédés soient tentés de se faire justice eux-mêmes. A minima, d’organiser des gilets jaunes plus ou moins pacifiques mais efficaces, ou au pire, des milices comme nous en avons vu cette année aux Badamiers, avec le risque que cela se conclut par la mort d’un homme. Et une condamnation en préventive contre un des auteurs des faits, qui met le procureur au banc des accusés par les collectifs.

2018, mini-électrochoc

insécurité, Mayotte
Banderoles contre l’insécurité en octobre 2017

Si la population est contrainte de se faire justice, c’est qu’un des maillons est déficient. Un jeune métropolitain venu en stage à Mayotte nous avait confié il y a deux ans, « vu le contexte, je m’attendais à voir des policiers et des gendarmes patrouiller », mais au bout de 48h, il n’en avait pas vu un seul.

Depuis, 2018 a servi de mini-électrochoc, avec des moyens qui ont été accrus, à entendre l’ex-ministre des Outre-mer qui avait annoncé le maintien sur place d’un escadron de gendarmes (75 militaires) supplémentaire.

Policiers et gendarmes sont 1.150 sur le territoire, selon la préfecture qui nous transmet ce chiffre aggloméré ce jeudi en annonçant une prochaine communication de Jean-François Colombet sur le sujet Du côté de la police, on nous livre le chiffre de 650 effectifs, dont la moitié affectée à la protection des frontières (310 PAF) et l’autre, à la Sécurité publique. Des renforts sont annoncés : 32 pour la police aux frontières et 25 pour la sécurité publique. Comparés au déploiement de force de l’ordre sur Bordeaux et sa périphérie (1.432 policiers pour 550.000 habitants en 2008) les chiffres peuvent sembler corrects.

« Nous sommes assis sur une fournaise »

Jean-Yves Le Drian, Mayotte, Comores
Le député Mansour Kamardine s’exprime de nouveau sur ce sujet dans le Figaro

A trois nuances prés. A Mayotte les chiffres sont donnés en intégrant les adjoints de sécurité (ADS), pas à Bordeaux. D’autre part, le recensement INSEE qui monte à 300.000 habitants en 2020 l’actualisation de 2017, reste contesté. Et surtout, la cité girondine du vin est composée d’une population vieillissante, quand Mayotte compte la moitié de sa population de moins de 17,5 ans.

Il est donc urgent de revoir à la hausse les effectifs de sécurisation du territoire et de les rendre pérenne. Il s’agit aussi d’organiser leurs déploiements dans une toute autre logique qu’en métropole, notamment en envoyant les équipes sur les zones où ces jeunes se réfugient, dans les quartiers en hauteur ou sur une des plages de Koungou où les bandes se réunissent pour dresser les chiens.

Utilisant les médias nationaux comme uppercut, le député Mansour Kamardine, qui avait déjà craint dans les colonnes du quotidien une “guerre civile” entre anjouanais et mahorais, réclame dans le Figaro ce jeudi cinq cents policiers et gendarmes supplémentaires, avertissant, « nous sommes assis sur une fournaise », celle de centaines de jeunes désœuvrés, arrivés récemment ou de longue date sur le territoire, et qui viennent grossir les rangs de la délinquance.

Car si l’objectif est d’occuper ces jeunes, les associations ou comités de vigilance, à qui nous avons donné la parole sur Majicavo, ne peuvent travailler correctement que le calme revenu.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139520
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139520
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139520
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139520
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139520
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139520
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...