29.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
AccueilEconomieApprentissage : Somahazi signe les 1ers contrats entièrement pris en charge par l’Etat

Apprentissage : Somahazi signe les 1ers contrats entièrement pris en charge par l’Etat

Dans ce domaine au moins, Mayotte ne loupe pas le train : à peine le décret publié le 24 août dernier, l’aide exceptionnelle à l’apprentissage est engagée par la société Somahazi. Organisme de formation créé en 2016 par Mirhane Abdallah et Chrystel de Bricourt.

Somahazi a été créé pour répondre au besoin de préqualification et de qualification des jeunes en grande difficulté et des demandeurs d’emploi. Et 4 ans après sa naissance, il vient de muer en un CFA, un Centre de Formation pour Apprentis. L’avenir pour les jeunes en métropole comme à Mayotte.

L’apprentissage longtemps boudé comme un parent pauvre de la formation en France, excelle en Allemagne. C’est un dispositif qui permet aux jeunes de démarrer immédiatement avec un contrat de travail tout en étant formés.

Elles étaient 15 d’ailleurs ce jeudi matin à signer leur contrat avec Somahazi, on est jamais aussi bien servi que par soi-même ! Une sorte d’inauguration de la filière, puisque ces jeunes filles qui étaient inscrites à Pôle emploi ou qui étaient volontaires au RSMA (6), souhaitent devenir assistantes de vie aux familles et sont donc recrutées par Somahazi himself.

Désormais, n’importe quelle entreprise de Mayotte pourra solliciter les services de leur CFA : « Nous pouvons adapter les formations à leurs besoins en apprentis. » Avec des aides conséquentes mises en place par le gouvernement : « Les salaires et les charges liés aux apprentis sont pris en charge, le coût est nul pour l’entreprise », explique Mirhane Abdallah.

Date buttoir au 28 février 2021

Les boulangers, friands d’apprentis

Et il va falloir être réactif, puisque ce coup de pouce de l’Etat s’applique aux contrats signés à compter du 1er juillet et jusqu’au 28 février 2021.

En relais de l’Etat, c’est l’ex-OPCALIA, AKTO qui finance le dispositif à Mayotte, comme nous l’explique El-Yamine Zakouana, son Responsable pôle projet et alternance : « Le jeune doit être rémunéré par son employeur à un pourcentage du SMIC qui dépend de son âge et de l’année de formation. Cela oscille entre 490 et 1.200 euros. La première année, le plan du gouvernement alloue 5.000 euros par an et par mineur et 8.000 euros pour les majeurs, et pour la deuxième année d’apprentissage, c’est le dispositif de compensation de droit commun qui prend le relais. »

Dispositif qui s’adresse autant aux CAP qu’aux Bac+5, il permet à l’entreprise de former sans coût supplémentaire un salarié, tout en le fidélisant.

Une des difficultés de la formation en apprentissage est la capacité de l’entreprise à fournir des tuteurs. Il en faut un maximum d’un pour deux apprentis. « Nous avons déjà formé plusieurs de nos salariés au tutorat », nous explique Chrystel de Bricourt.

Peu bavardes, les 15 jeunes filles vont donc pouvoir s’aguerrir, Daniela et Sitirati sont en tout cas volontaires, « nous connaissions le métier d’assistante de vie au famille parce qu’un membre de notre famille l’exerce, et la Mission locale nous en avait parlé. »

Des jeunes qui vont en outre recevoir 500 euros pour passer leur permis de conduire.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...