19.9 C
Dzaoudzi
dimanche 21 juillet 2024
AccueilorangeLa réponse de la Cimade au préfet sur l'amalgame entre immigration clandestine...

La réponse de la Cimade au préfet sur l’amalgame entre immigration clandestine et délinquance

Suite aux déclarations du préfet de Mayotte qui stigmatise les personnes étrangères et fait l’amalgame entre délinquance et immigration, La Cimade réagit parlant d'une "attitude discriminatoire sans précédent d’un représentant de l’État". 

La préfecture était parvenue à gommer l’image détestable qui assimilait les chiffres des expulsions à ceux de la délinquance qui prévalait il y a dix ans. Depuis, ils étaient intégrés à deux chapitres différents. Les déclarations de Jean-François Colombet au journal télévisé de Mayotte la 1ère, assimilant la délinquance et l’immigration, vont relancer la polémique.

On suppose qu’il s’agit pour le préfet d’indexer l’errance des jeunes liée à la situation irrégulière des migrants, qui souvent sont reconduits en abandonnant leurs enfants sur le territoire. Mais parce qu’elle est généraliste, la déclaration est injuste et infondée. En témoignent les élèves assidus sur les bancs de l’école, et les cadres mahorais issus de l’immigration. Des propos aussi sensibles auraient donc mérités un préambule, un développement et une conclusion détaillée. Au lieu de quoi, la petite phrase poursuit son chemin, induisant un fort écho de la part de la Cimade Paris, dont la présidente Dominique Ségard, adresse un communiqué aux médias.

La Cimade parle “d’amalgames et d’approximations dangereuses”

“Mayotte: l’Etat décomplexé met de l’huile sur le feu

Ce mois d’août à Mayotte a connu un regain de violences. Les réseaux sociaux s’enflamment, des élus s’en font l’écho dans la presse nationale, les tensions intracommunautaires augmentent de jour en jour, les adultes appellent à la vengeance en rejetant la justice républicaine, les plus jeunes se vengent, eux-aussi, caillassent. Il y a des victimes.

Alors qu’un geste fort de l’État est attendu pour apaiser ces tensions grandissantes et dangereuses pour l’ensemble de la population, des déclarations incendiaires du préfet de Mayotte, Jean-François Colombet, ont été diffusées dans les médias. Elles constituent une attitude discriminatoire sans précédent pour un représentant de l’État :

« Ça n’est pas politiquement correct de le dire, mais je le dis et j’assume mes propos : il y a un lien direct entre l’arrêt de l’éloignement[1] et la flambée de violence, car il y a un sentiment d’impunité qui s’est installé. »

« Depuis le 16 mars, nous ne pouvons plus reconduire les étrangers en situation irrégulière dans leur pays. Ces 13 000 personnes que nous aurions dû reconduire […] et qui se livrent à des luttes d’appropriation, des luttes territoriales pour exister, et qui donnent lieu à une délinquance d’appropriation, simplement parce qu’il faut qu’ils vivent, qu’ils trouvent une ressource. Et donc nous subissons de plein fouet l’arrêt des éloignements. »

Le plus haut représentant de l’État à Mayotte assimile les personnes étrangères et en situation administrative irrégulière à des délinquants. Sur un territoire blessé et fragilisé par une crise sanitaire et une situation sociale catastrophique, ces amalgames et ces approximations sont dangereuses.

Un certain nombre de personnes ayant commis des actes délictueux seraient des mineurs. Or, les mineurs ne sont jamais en situation irrégulière en France. Pour remédier à la violence des jeunes à Mayotte, il est temps que l’État investisse massivement pour donner un avenir à cette jeunesse, pour l’avenir de toutes et tous à Mayotte.

Quant à la « délinquance d’appropriation », dont parle le préfet, elle est certainement d’abord liée à la très grande pauvreté partagée par une grande partie de la population, française ou étrangère, quelle que soit sa situation administrative. L’absence d’emploi n’épargne personne et le RSA est à 282 euros (564 en métropole) ce qui constitue une véritable discrimination sociale. Et la crise sanitaire du Covid-19 a déstructuré l’économie de survie.

Non les 13 000 personnes que le préfet n’a pas pu expulser ne sont pas 13 000 délinquants. Ce sont principalement des gens ordinaires, des pères et mères de familles, des personnes âgées, malades parfois ou des étudiant·e·s. Ces personnes ont simplement un problème administratif qui n’existerait peut-être pas dans un autre département. En effet, à Mayotte, le régime dérogatoire du droit et l’impossibilité d’accéder aux guichets de la préfecture fabrique la précarité et augmente le nombre de personnes en situation irrégulière.

Les accusations du préfet qui visent à stigmatiser une partie de la population auraient-elles pour objectif de détourner notre regard d’une gestion de crise au rabais qui a conduit à cette flambée de violence sans précédent ? Cette attitude n’est pas à la hauteur d’un État de droit et n’apporte pas une réponse adaptée à la gravité des problèmes que nous avons à surmonter toutes et tous ensemble.

[1] Le préfet évoque ici les expulsions des Comoriens en situation irrégulière vers l’île voisine Anjouan, 27 000 en 2019 soit 10 % de la population de l’île.

Auteur: Service communication

Pire des faits sont cachés sciemment comme la réouverture du CRA, le nombre réel d’expulsions réalisées en pleine pandémie (Ce serait selon la Préfecture, une condition posée par l’Union des Comores qui a exigé la discrétion dans les tractations en vue de pouvoir réexpulser prochainement massivement) ainsi que l’existence du cluster au CRA de Mayotte dénoncée par la police.

 
A Mayotte, tous les visas pour les étudiants comoriens ayant une affectation “parcours sup” en métropole sont bloqués en ce moment, même pour ceux, arrivés à la majorité et qui sont déjà en possession d’un titre de séjour. Pour rappel, il faut un visa pour quitter Mayotte vers un autre département français et l’offre d’études supérieures est très limitée à Mayotte. Nous croulons sous les appels à l’aide de ces jeunes bacheliers désespérés qui représentent une part importante des bacheliers à Mayotte surtout depuis le changement de loi sur la nationalité.
 
En effet, à la préfecture, on répond aux étudiants (témoignage à l’appui) que la préfecture ne délivrera pas ces visas pour les étudiants tant que l’Union des Comores ne réouvrira pas largement ses frontières pour accueillir les expulsés, covid ou pas covid, préfecture accessible ou pas en allant à l’encontre des recommandations du défenseur des droits.”

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139519
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139519
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139519
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139519
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139519
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139519
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...