27.9 C
Dzaoudzi
jeudi 30 mai 2024
AccueiljusticeJustice par arme à feu : « Si tout le monde faisait...

Justice par arme à feu : « Si tout le monde faisait comme vous, on peut tous quitter Mayotte »

C’est un homme las, victime d’un énième cambriolage, et pétris d’incompréhension qui s’est présenté à la barre du tribunal judiciaire de Mamoudzou ce mardi 5 avril. Déjà, deux jours avant les faits qui lui sont reprochés (violence avec usage d’une arme), une intrusion dans son domicile lui avait coûté son four et certains jouets de ses enfants. Alors, le 14 janvier 2020, quand il aperçoit dans la nuit une silhouette accroupie dans la lumière du réfrigérateur ouvert ainsi que les deux complices armés de couteaux, il panique. « J’ai voulu leur faire peur ». Il tire. Les versions sur le nombre exact de détonations divergent. Néanmoins, un des cambrioleurs est blessé sans gravité à l’épaule tandis que le second est atteint au niveau de la gorge. Son pronostic vital engagé, l’individu restera sept jours hospitalisé. Initialement indiqué comme étant une carabine à plomb, les experts balistiques vont constater que le projectile retrouvé s’apparente bien plus à un calibre de 22 long rifle. « Ce sont des armes dangereuses soumises à réglementation », s’enquiert d’informer la présidente du tribunal au prévenu, « et ce n’est pas pour rien ».

Les questions à l’encontre du prévenu fusent tant et si bien qu’un assesseur assène en fin de séquence, « ce dossier est révélateur des enjeux de la société à Mayotte et de la tournure que prennent certaines choses, se faire justice soi-même ». Lors de son réquisitoire, le substitut du procureur de la République a reproché au prévenu « une riposte disproportionnée », avant de mettre l’accent sur le fait que « si tout le monde faisait comme vous, on peut tous quitter Mayotte ». Une phrase dont l’écho semble trouver une résonance dans cette citation de Tropique de la violence, « ce pays ressemble à une poussière incandescente et je sais qu’il suffira d’un rien pour qu’il s’embrase ».

Barre à mine laissée sur place à la suite d’une tentative de cambriolage la semaine dernière à M’tsapéré

Justiciers armés, à la marge

Toutefois, ces assertions se confirment-elles sur le terrain ? Mayotte serait-elle en train d’assister à l’émergence d’une vague de fond latente sur l’utilisation d’armes à feu pour se faire justice soi-même ?
Certes, l’angoisse semble prédominante qu’il s’agisse des automobilistes, des élèves ou leurs parents, alimentée par les trop nombreux faits de délinquance, à l’instar de ce père de famille qui a voulu se faire justice lui-même avec un pistolet à grenaille.

Il n’y a néanmoins pour l’heure aucune tendance alarmiste qui se dégage. Joint par téléphone, le Commissaire de la police nationale de Mayotte, Sébastien Halm, a indiqué que « concernant la zone police, cela reste assez rare, pas comme en métropole ». « On ne constate pas de phénomène particulier d’utilisation d’armes à feu. On a plus à faire face à des armes factices et des pistolets d’alarme », tient-il à préciser. En ce qui concerne la gendarmerie, le colonel Capelle, commandant de la gendarmerie de Mayotte, indique pour sa part « qu’il n’y a pas d’éléments tangibles pour étayer cette tendance ». Un constat qui pour l’heure se veut rassurant.

Pierre Mouysset

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...