29.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilEconomieLe maire, acteur touristique numéro 1

Le maire, acteur touristique numéro 1

Le Comité départemental du tourisme (CDTM) avait convié l’ensemble des équipes communales mercredi dernier pour parler de leur rôle dans l’amélioration de l’image de l’île. Certaines sont déjà passées à l’action.

Les institutionnels exposaient leurs attentes en matière de propreté et de sécurisation
Les institutionnels exposaient leurs attentes en matière de propreté et de sécurisation

C’était une réunion « prise de conscience » comme en avaient provoqué, avec leurs propres préoccupations, le vice-recteur, puis le préfet dans le cadre de l’après élections municipales.

Ce n’est malgré tout pas le premier appel du pied du Comité vers les élus municipaux, «en 2010 nous avions lancé la commune la plus fleurie et la plus accueillante en travaillant avec eux sur le Schéma de Développement touristique, puis en 2012 sur les Assises du Tourisme, mais sans véritable prise de conscience», déplore Michel Ahamed, directeur du CDTM.

Il est pourtant dans la compétence des élus communaux d’accueillir et d’informer les touristes, d’assurer la propreté et la sécurisation des sites, et d’aménager et de créer des structures d’hébergement. «Il sont la première pierre de l’édification de la politique touristique».

Il s’agissait donc de rappeler les prérogatives de chacun, et de présenter aux maires leurs interlocuteurs, eux qui reprochent souvent à l’Etat de ne pas assez les épauler en matière de sécurisation des sites dans le cadre de la politique de lutte contre l’immigration clandestine.

Chacun dans son coin… sans résultat

Opération de nettoyage médiatisée en 2010 à Koungou... les déchets étaient revenus le lendemain
Opération de nettoyage de plage médiatisée en 2010 à Koungou… les déchets étaient revenus le lendemain

Outre le CDTM dont le président et le vice président étaient également présents, l’Etat était représenté à travers la Dieccte (direction du travail et de l’emploi), ainsi que la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Autant d’acteurs, autant d’actions, et souvent sans aucune cohérence, chacun œuvrant dans son coin. Une situation que dénonce Abdou Dahalani, président du CESEM*, mais présent au titre de conseiller municipal de Bouéni, qui recentre le débat sur le CDTM, « le pilote qui doit tout coordonner ».

La propreté du territoire a été définie comme LE levier prioritaire, mais les multiples actions de pédagogie et de sensibilisation n’ont toujours pas prouvé leur efficacité. «Il faut dresser un état des lieux de l’ensemble des moyens proposés, agents départementaux, contrats d’insertion de l’Etat, actions des communes, et en évaluer l’impact. L’île de Nosy Be bénéficie par exemple de peu de moyens, et pourtant leurs plages sont propres», fait remarquer Abdou Dahalani.

Prémices

Savoir préserver ses atouts (ici l’îlot Mtsamboro)
Savoir préserver ses atouts (ici l’îlot Mtsamboro)

Pour l’élu, avant de demander davantage de moyens, il faut se demander s’ils sont bien utilisés, «avec ce qu’on a, on fait quoi?» Proposer des mesures simples, adaptées à chaque commune lui semble indispensable, «Bouéni va lancer un partenariat avec le CDTM lorsqu’il viendra nous voir».

La commune a déjà décidé de travailler avec quatre autres communes du sud, Chirongui, Kani-Kéli et Bandrélé, «en intégrant Sada par la suite». Mais l’état des finances préoccupe l’économiste, «nous sommes pauvres !»

Une première réunion qui ne se suffit déjà plus à elle-même, l’ensemble des maires aura besoin et demandent même un deuxième opus, « plus pragmatique ».

Justement, Michel Ahamed annonce la mise en place en juillet d’un calendrier de visite des 17 communes, «pour leur apporter une assistance technique sur leurs projets».

Un directeur partiellement heureux, « il manquait encore trop de communes, mais nous avons par contre découvert que trois étaient déjà très actives, Sada, Mtsamboro et Bandrélé ayant déjà mené une réflexion poussée sur le tourisme qui, il faut le rappeler, peut apporter une recette fiscale supplémentaire par le biais des impôts sur les sociétés ou de la taxe de séjour ».

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

*CESEM : Conseil économique, social et environnemental de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139512
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139512
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139512
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139512
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139512
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139512
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...