24.9 C
Dzaoudzi
mercredi 24 juillet 2024
AccueilFaits diversAffrontements Tsimkoura-Chirongui de 2014: 3 ans de prison ferme pour un des...

Affrontements Tsimkoura-Chirongui de 2014: 3 ans de prison ferme pour un des meneurs

CARNET DE JUSTICE DU JDM. La justice ouvrait hier, mercredi matin, l’instruction des violences entre jeunes qui ont déchiré la commune de Chirongui fin mai et début juin 2014. A la barre du tribunal correctionnel, 3 jeunes adultes impliqués dans les événements. Une douzaine de mineurs, également mis en cause, seront jugés ultérieurement par le tribunal des enfants.

Porte de la salle d'audience du TGI de MamoudzouCes affrontements ont opposé des jeunes du village de Tsimkoura et d’autres du village de Chirongui, lors de quatre soirées particulièrement violentes. Le déclenchement date du 31 mai. Une soirée sur le plateau de Tsimkoura dégénère en bagarre généralisée, réactivant un cycle infernal de vengeances et de règlements de compte. Certains jeunes sont blessés et 3 d’entre eux portent plainte, permettant au tribunal de disposer de descriptions assez précises de ces scènes d’hystérie.

Le premier parle de coups de poings et de coups de couteau : il a une plaie de 14cm à la fesse gauche. Les deux autres évoquent une quinzaine de personnes qui les frappent avec une chaîne, des morceaux de bois et des pierres. Les victimes affirment que les 3 hommes à la barre étaient partie prenante de ces scènes.

Capturer un jeune pour le torturer

On va ensuite les retrouver dans la 3e nuit de violence, celle 3 juin 2014. La veille, la tension est encore montée, avec un jeune homme grièvement blessé à coups de marteau.

La police municipale de Chirongui lors des événements de mai et juin 2014
La police municipale de Chirongui lors des événements de mai et juin 2014

Ce jour-là, les trois prévenus ont eu le temps de se préparer. Tout au long de la journée, ils boivent et fument du bangué avant de décider de s’armer. Couteau, chombo, bâtons, ils partent «pour la baston», ont-ils avoué. L’un des trois dira aux gendarmes qu’ils avaient dans l’idée de «capturer un jeune de Tsimkoura pour le torturer».
Ils coincent effectivement un gamin qu’un des prévenus étrangle pendant que les autres le frappe.

Mais ce soir-là, pour un des prévenus, celui qui étranglait le jeune du village d’à côté, la soirée va mal finir. Il est à son tour très lourdement blessé avec un certificat d’ITT de… 120 jours ! Car face à l’arrivée de ceux de Chirongui, les jeunes de Tsimkoura ont réagi. Une centaine d’entre eux vont «défendre leur village» et parviennent à isoler notre homme. On n’est pas loin du lynchage.

« Parce que c’est comme ça »

Une 4e nuit de violences agitera encore la commune avant que la situation ne s’apaise.
Impossible pour le tribunal d’obtenir la question que tout le monde attend: Pourquoi? «Parce que c’est comme ça», auraient déclaré les prévenus aux enquêteurs. «Une explication délirante», pour le procureur Joël Garrigue. Un simple regard ou un mot de travers, «rien ne justifie qu’on s’en prenne à ceux du village d’à côté», martèle-t-il.

Pour Me Mansour Kamardine, avocat d’un des prévenus, les raisons sont à chercher dans l’héritage culturel, un argumentaire que reprend Me Simon : «De tout temps les jeunes des villages se sont opposés. Les grands frères l’on fait, les pères et les grands-pères l’ont fait». Et l’avocat de s’interroger sur l’utilité d’une peine de prison. «Lors des affrontements entre Kawéni et Majicavo, c’est l’intervention des cadis qui a ramené le calme, pas une comparution immédiate», plaide-t-il.

En novembre 2013, des barrages avaient été érigés à Chirongui déjà après des violences entre jeunes
En novembre 2013, des barrages avaient été érigés à Chirongui déjà après des violences entre jeunes

Me Cooper enfin, relevait la longueur des investigations qui ont eu pour conséquence des temps de détention provisoire de près de 15 mois pour les 3 prévenus. «On flirte avec un caractère punitif de la détention provisoire», note-t-elle.

De la prison ferme

Les deux prévenus qui avaient reconnu leur participation sont condamnés respectivement à 2 ans dont un avec sursis et mise à l’épreuve et 30 mois dont 15 ferme, avec des obligations de travail/formation, de soin et une interdiction de rentrer en contact avec une des victimes.

Quant à celui qui est présenté comme le meneur et qui a pourtant minimisé son rôle, il écope de 4 ans de prison dont 3 ferme et une mise à l’épreuve de 2 ans, avec les mêmes obligations que les deux autres. Il avait déjà été condamné pour violence et outrage en décembre 2013. A l’époque, il avait caillassé des forces de l’ordre.
RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...