26.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 mai 2024
AccueilFaits diversRelaxe dans l’affaire de négligence au département

Relaxe dans l’affaire de négligence au département

Le procès avait été maintes fois repoussé. Jugée début décembre, l’affaire dans laquelle Zaïdou Tavanday était mis en cause s’est soldée ce mercredi par une relaxe de l’ensemble des prévenus.

TGI-MAMOUDZOUL’accusation n’a pas apporté la preuve du délit. Voici l’explication du tribunal au moment d’énoncer le délibéré ce mercredi matin dans le procès pour «négligence» au conseil général. L’instruction de cette affaire avait été tellement défaillante qu’elle avait déjà conduit à reconsidérer les chefs de mises en examen des prévenus. Ils n’étaient finalement plus poursuivis pour «complicité de détournements de fonds», mais de «complicité de recel».

Au départ de cette affaire, on trouve des doutes sur la réalité de l’emploi de trois agents du conseil général entre 2008-2011. Et le nom d’un élu UMP d’alors, Zaïdou Tavanday, est rapidement cité.
Cette suspicion d’emploi fictif concerne Assani Malidé, dont le travail était de «trier des dossiers» mais n’était pas connu de ses collègues. Mounib Soilihi Mohamed, cousin de Zaïdou Tavanday, était lui employé à la direction de la logistique et de moyens, où «il gardait les clefs». Il aurait été absent du service entre 2008 et début 2012 pour cause de maladie mais les enquêteurs n’avaient pas trouvé traces d’arrêts maladie de 2009 à 2011.

Des accusations en cascade

Les deux reprochaient à leurs supérieurs de ne pas leur avoir donné de travail et eux aussi étaient poursuivis. Assani Hamissi, et Ahamadi Dini, avaient l’intention de dénoncer ces manquements, mais affirmaient avoir reçu un appel de l’élu Zaïdou Tavanday, leur demandant de délivrer une bonne évaluation à son cousin.

Salle d'audience du TGI de MamoudzouCes appels, l’ancien conseiller général UMP, désormais à la direction du cabinet du président du conseil départemental, les a toujours niés fermement, du début de l’instruction jusqu’à la barre du tribunal.

Quant au 3e agent accusé d’emploi fictif, Issouf Saïd, il désertait son lieu de travail parce qu’il trouvait son emploi «dévalorisant», avait indiqué le juge lors de l’audience.

Absence de preuves

En réalité, cette histoire qui pourrait sembler accablante n’est pas devenue la vérité judiciaire. Car l’instruction n’aura jamais été à la hauteur: «Le fait de ne pas se présenter sur un lieu de travail ne constitue pas une infraction pénale, juste une gabegie financière», avait fait remarquer le procureur.
Mais le conseil départemental ne s’étant pas constitué partie civile, aucun remboursement n’avait pu être demandé.

Au final, les failles du dossier n’ont pas permis d’établir de culpabilité comme l’avaient plaidé les avocats des prévenus. Cette histoire se solde donc par une relaxe générale.

Ce mercredi à l’issue du délibéré, Me Cooper, l’avocate de Zaïdou Tavanday se félicitait de la relaxe de son client. Elle tenait à saluer son courage pour avoir «surmonté cette affaire qui l’a durement secoué».

RR
Le Journal de Mayotte

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...