28.9 C
Dzaoudzi
samedi 13 avril 2024
AccueiljusticeUne jeune Bretonne abandonnée aux Comores par son père

Une jeune Bretonne abandonnée aux Comores par son père

Pour une histoire de vaisselle, un habitant de Rennes a emmené sa fille aux Comores pour l'y abandonner. Il a reconnu avoir agi sur consigne de sa nouvelle épouse.

L’histoire fait froid dans le dos. A Rennes, en Bretagne, ce père d’une fille de 13 ans, remarié après la décès de la maman, comparaît devant le tribunal correctionnel. L’affaire remonte au début de l’été. La belle-mère se plaint de l’adolescente à son père. Selon elle, la petite ne fait pas assez bien le ménage et la vaisselle. Elle conseille au père de se débarrasser de l’enfant. L’homme prétexte des vacances aux Comores, son pays d’origine, pour y emmener la jeune fille de 13 ans, qui venait de finir avec succès son année de 4ème et est décrite comme “bonne élève. Tous deux s’envolent en juillet, mais le père repart seul en métropole. Sur place, il a laissé l’adolescente à sa sœur (lui dit que c’est à sa mère) dans le logement précaire qu’elle occupe, décrit Ouest France dans le compte-rendu d’audience. Avant de partir sans dire au-revoir, le père prend soin d’emporter le passeport de sa fille, pour s’assurer qu’elle ne pourrait revenir. C’est du moins ce qu’il a cru.
Désespérée mais néanmoins débrouillarde, l’adolescente se rend dès le mois d’août au consulat de France où elle réclame de l’aide.
Le consulat, constatant selon Ouest France ” la détresse physique et mentale de l’adolescente”, contacte le procureur de Rennes qui ouvre une enquête. Quatre mois plus tard, l’affaire arrive au tribunal. Le père est poursuivi pour “soustraction par un parent à ses obligations légales compromettant la santé, la sécurité et la moralité de son enfant, un délit qui fait encourir deux ans de prison et 30 000 € d’amende.”
En effet, écrit le quotidien, “L’enfant refusait de s’alimenter, déprimait, n’allait plus à l’école.” « Elle veut mourir, ne mange plus, pleure beaucoup, perd la mémoire. Par manque de moyen, la tante ne peut pas l’hospitaliser » note même un rapport du consulat.
“Il fallait trouver une solution puisque ma nouvelle compagne n’en veut pas” se défend maladroitement le père.
Conformément aux réquisitions, ce dernier a été condamné à six mois de prison avec sursis, mais surtout à la déchéance de son autorité parentale. Rapatriée en France, la jeune fille a été confiée aux services sociaux du Département d’Ille et Vilaine.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139514
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139514
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139514
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139514
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139514
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139514
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...